Accueil / Actualités / 5 projets emblématiques, 5 priorités pour le Département

5 projets emblématiques, 5 priorités pour le Département

En juin dernier, 5 élu.e.s de notre majorité ont été missionnés pour travailler à des plans d’actions concrets, sur les 5 années à venir, sur 5 projets emblématiques.

Des projets innovants au service des citoyens !

Accès aux droits et aux politiques publiques

isabelle assih 72

Isabelle Assih

« Accéder aux politiques publiques, c’est permettre au citoyen d’avoir accès à ses droits et de les faire valoir. C’est aussi favoriser sa capacité à construire son parcours de vie.  Au cœur de nos politiques de solidarité,  nous souhaitons que ce projet offre à chacun.ne les outils de l’accès au travail, de l’émancipation, de l’autonomie.

Nous rappelons que l’accès aux droits sociaux est un objectif majeur de la lutte contre les exclusions et contre les grandes précarités. C’est pour nous un enjeu fort.

Favoriser l’accès aux politiques publiques, c’est tout d’abord, améliorer l’accès à nos politiques dédiées : accessibilité de l’information en fonction du ou des public (s) cible (s), lutter contre le non recours…

C’est aussi favoriser l’accès aux politiques publiques, c’est également améliorer la territorialisation en soutenant, en lien avec l’état, les initiatives de type Maison « multi-services, multi-partenariales » notamment dans les territoires en déficit de services par exemple…»

Quelques exemples concrets :

  • Favoriser l’acquisition de savoirs fondamentaux pour rendre possible l’accès à l’information et donc aux politiques publiques
  • Favoriser l’accès au numérique et lutter contre « l’illectronisme »
  • Faciliter l’accessibilité de l’information par un langage facile à lire et à comprendre et des supports de communication adaptés au public visé.
  • Développer le recours à « l’appel à projet » dans la conduite de nos politiques, afin notamment de faire émerger et de soutenir des initiatives citoyennes locales.
  • Élaborer une charte qualité dans les différents services du Département en s’appuyant sur le référentiel Marianne

Accompagner la Jeunesse 

marie gueye 72

Marie Gueye

« Du travail que nous avons mené autour de la politique jeunesse se dégage deux idées fortes :

  • Structurer, simplifier, coordonner pour un meilleur accompagnement

Il nous faut agir en complémentarité avec les autres acteurs. Cela nécessite une réelle évolution de posture : faire « avec » les jeunes, autant que « pour » les jeunes, se doter d’outils ou d’espaces d’échanges entre professionnels et acteurs de la jeunesse pour capitaliser les pratiques efficaces.

C’est le pourquoi de la création prochaine de l’observatoire jeunesse et de la relance du Groupement Interinstitutionnel jeunesse. Je souligne également que nous maintiendrons notre soutien à la structuration et à la coordination  des politiques jeunesses/ prévention à l’échelle des  EPCI et à leur développement dans le cadre des volets cohésion sociale des contrats de territoires.

  • Il s’agit ensuite de mettre en place des actions pour favoriser l’autonomie, l’insertion professionnelle, l’initiative des jeunes et de leurs engagements,

Nous savons aussi que se dégage tout de même des inégalités entre des jeunes diplômés, insérés aux plans social et économique, qui peuvent se montrer volontaires sur le terrain de l’engagement bénévole et citoyen, et une jeunesse peu diplômée, cumulant les difficultés d’insertion socio-professionnelle. Ce sont donc ces jeunes en difficultés qui seront accompagnés en priorité.

Nous maintenons ainsi nos soutiens aux missions locales, au CRIJ, qui sont les interlocuteurs et les accompagnateurs directs de ces jeunes. Nous renforçons et simplifions le dispositif du Fonds Avenir Jeune 29. Nous nous appuierons sur la fonction d’employeur du Département (emplois d’avenir par exemple…).

Nous poursuivrons également nos dispositifs « citoyenneté » :  aide à l’initiative des jeunes, appel à projet « Jeunesse et citoyenneté »…

La politique jeunesse est profondément transversale. Parce que les besoins des jeunes sont divers. Il n’y a donc pas une seule réponse. Au contraire c’est bien un panel d’actions que nous devons mettre en œuvre. »

Quelques exemples concrets :

  •  Travailler à la mise en place d’un observatoire jeunesse départementale
  • Relance du « Groupement interinstitutionnel jeunesse » (GIJ) car la jeunesse est une préoccupation partagée (État, Région, Département, Caisse d’Allocation Familiale,…).
  • Poursuite du soutien au dispositif de promotion de l’insertion socio-professionnelle des lycéens, apprentis et étudiants en situation de handicap
  • Développement de la présence des jeunes dans des instances décisionnelles ou des groupes de réflexion (jury de sélection de projets, rencontres thématiques, élaboration des futurs schémas et plans départementaux…).
élyane palier 72

Elyane Pallier

Égalité Femme-Homme 

 « Le Département est engagé depuis plusieurs années déjà sur cette question. Le projet égalité Femme-Homme s’inscrit dans cette dynamique et dans le cadre du loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes qui comporte des dispositions à mettre en œuvre par les collectivités territoriales

Engagement indispensable car les réalités perdurent malgré d’importants progrès (écart d’environ 7 points entre le taux d’emploi des femmes et celui des hommes et les femmes sont les premières concernées par les emplois instables et à temps partiel ; 20 % c’est l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes)

Deux axes de travail :

  • Favoriser l’égalité au sein de la collectivité par des efforts de sensibilisation auprès des agents, mixité des métiers dans les recrutements, notamment dans les filières sociales et techniques, conciliation des temps de vie professionnelle  et familiale des agents, organisation du travail qui favorisent un partage équilibré des responsabilités parentales.
  • En Finistère : le Conseil départemental, signataire du protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes, s’est engagé avec ses partenaires à travailler pour faire reculer cette réalité inacceptable. Les directions de l’enfance et de la famille et la PMI, les centres de planifications et d’éducation familiale et le CIDF que nous soutenons agissent en ce sens. »

Quelques exemples concrets :

  • Signer à nouveau et assurer le suivi et l’évaluation du plan d’action lié à la charte européenne pour l’égalité femmes – hommes avec les directions et services
  • S’engager sur des mesures organisationnelles permettant de préserver l’équilibre des temps de vie des agents
  • Mettre en œuvre le 4e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes
  • Adapter l’accompagnement vers l’insertion des femmes très éloignées de l’emploi et contribuer à la levée des freins
  • Organiser des événements en faveur de l’égalité femmes-hommes

Projet Alimentaire de Territoire 

stéphane peron 72

Stéphane Péron

« En s’engageant dans l’élaboration d’un Projet alimentaire de territoire (PAT), le Conseil départemental du Finistère à la volonté de favoriser la consommation d’une alimentation saine, de proximité, à un prix adapté à tous les Finistérien.ne.s, producteurs ou consommateurs. Pour répondre à cette ambition, nous devons collectivement nous appuyer sur les richesses de l’agriculture et de la pêche finistériennes pour développer des modèles respectueux de notre environnement commun, vecteur de cohésion sociale et d’équité territoriale.

C’est mettre en œuvre une démarche globale du foncier à l’assiette autour de 2 axes de travail :

Devoir d’exemplarité sur nos compétences

  • nos publics : les collégiens, les familles, les populations en situation de précarité, d’isolement, de perte d’autonomie ou de handicap, les agents départementaux
  • nos compétences leviers : restauration dans les collèges ( 3 millions de repas par an) , les politiques en faveur de l’agriculture et de la pêche ; l’aménagement foncier, l’enfance etc..

Fédérer  l’ensemble des acteurs du territoire,

  • soutenir les initiatives locales,
  • accompagner la mise en réseau producteurs/collectivités sur le circuit court (plateforme de type agrilocal…)

Quelques dates à retenir : Signature du pacte de Milan : 1er Trimestre 2017 et les Assises Finistériennes de l’Alimentation : 16 Octobre 2017 lors de la Journée Mondiale de l’Alimentation. »

Quelques exemples d’actions concrets :

  • Partager et co-construire avec les acteurs de la filière l’élaboration du projet alimentaire pour le territoire Finistérien
  • Organiser tous les ans des Assises départementales avec les partenaires et représentant.e.s des acteurs du territoire
  • Candidater à l’appel à projet du ministère de l’agriculture sur les projets alimentaires
  • Signer le Pacte de politique alimentaire de Milan
  • Engager une réflexion sur le développement d’un outil de type Agrilocal pour favoriser les achats de proximité en restauration collective.
  • Se fixer pour 2021 l’objectif de doubler la quantité de produits locaux et de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective dépendant directement des politiques du Conseil départemental
jacques françois 72

Jacques François

Usages du numériques 

« Chacun peut se rendre compte de la place importante qu’a pris le numérique dans notre quotidien.

L’usage d’Internet et des services numériques s’est banalisé. La rencontre entre l’innovation numérique et l’usage par les citoyens s’opère très vite ; elle doit être accompagnée et encouragée.

On compte 93% d’internautes parmi les bretons de moins de 45 ans contre 51% pour les plus de 60 ans.

La fracture générationnelle persiste à laquelle se superpose une fracture culturelle puisque parmi les diplômés du supérieur, 94% sont internautes contre 60% des personnes ayant un niveau d’études inférieur au baccalauréat. On compte 93% d’internautes parmi les bretons de moins de 45 ans contre 51% pour les plus de 60 ans.

Ce projet accès au numérique participe à notre volonté de  repenser notre relation à l’usager ou au partenaire, à inventer de nouveaux services, mutualisés, simplifiés, adaptés aux besoins, plus facilement accessibles et plus efficaces.

Le service public s’adresse à tous et personne ne doit être exclu de cette révolution numérique ; l’illectronisme doit être combattu avec force autant que l’illettrisme.»

Quelques exemples concrets :

  •  Recenser les partenaires pouvant aider les Finistérien.ne.s en difficulté dans l’utilisation du numérique et coordonner leurs interventions (appels à projets, appui financier…) pour assurer une couverture homogène du territoire.
  • Développer les télé-services et les échanges électroniques avec les partenaires : dématérialisation des rapports aux élu.e.s, catalogue des aides et tests d’éligibilité, subventions aux associations, enrichissement des télé-services pour les collèges et les assistantes maternelles, échanges avec les Assistants familiaux, traitements de l’APA et de la PCH …
  • Intégrer la philosophie « France Connect » et « Dites-le nous une fois » dans nos services numériques
  • Dématérialisation des Marchés publics opérationnelle pour octobre 2018
  • Favoriser, avec nos partenaires, le déploiement des points d’accès au numérique sur le département. Identifier les lieux où des actions départementales pourraient garantir l’équité d’accès.