Accueil / Actualités / Des investissements majeurs dans les ports de pêche pour accompagner les mutations de la filière

Des investissements majeurs dans les ports de pêche pour accompagner les mutations de la filière

poisson criée vignetteSur les 14 ports bretons dotés d’une criée, seuls ceux de Brest, Saint-Malo et Lorient sont de la compétence de la Région Bretagne. Les autres relèvent des conseils généraux.

Dans le Finistère, les élu-es de la majorité départementale ont ainsi souhaité développer une action forte en faveur des ports de pêche.

 

En effet, « malgré les plans de sortie de flotte successifs et les mutations en cours, la pêche fraîche représente une filière d’avenir et un atout concurrentiel fort face à la concurrence internationale » souligne Michaël QUERNEZ, vice-président du Conseil général chargé de l’insertion et de l’économie.

Le Conseil général du Finistère accompagne pour ce faire les travaux de modernisation, d’optimisation et de rationalisation réalisés par les concessionnaires, l’Etat, les communes ou les EPCI.

En 2012, le Département a investi 1,6 millions d’euros dans les ports de pêche finistériens, auxquels s’ajoutent 2,2 millions d’euros en autorisation de programme pour la période 2013-2015.

Lors de la Commission permanente du 3 juin 2013, l’Assemblée départementale a ainsi décidé d’accompagner plusieurs projets portés par les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) de Quimper Cornouaille et de Morlaix :

  • les constructions de locaux techniques pour le traitement de l’eau de mer dans les ports du Guilvinec, de Concarneau, de Loctudy, Saint-Guénolé et Douarnenez (plus de 120 000 € de subvention du Conseil général)
  • le projet de construction d’une aire de carénage dans le port d’Audierne (plus de 23 000 €)
  • le projet de refonte des magasins de marée dans le port du Guilvinec (plus de 12 000 €)
  • le projet d’équipement de distribution de glace bord à quai dans le port de Loctudy (plus de 2 700 €)
  • les projets de construction d’un ponton pêche et d’acquisition de matériel de pesée dans le port de Roscoff-Bloscon (83 000 €.).

« Ces investissements ont pour objectifs d’améliorer les performances environnementales, économiques et sociales » rappelle Michaël Quernez qui souhaite par ailleurs que les ports finistériens travaillent davantage ensemble. « C’est dans cet esprit que nous venons d’engager, dans un large esprit de concertation, une étude stratégique des ports départementaux dont la restitution est prévue fin 2015».

La majorité départementale a souhaité aller plus loin afin de soutenir la filière pêche dans son ensemble. Ainsi, le Conseil général du Finistère s’attache à promouvoir une pêche durable et responsable en appuyant des projets innovants et en subventionnant des actions de modernisation et d’adaptation des navires de pêche.

De plus, le Département soutient l’installation des jeunes marins-pêcheurs et contribue à la promotion des métiers.

Enfin, alors qu’une nouvelle politique commune de la pêche devrait être bientôt adoptée au niveau européen, Michaël Quernez regrette toujours que l’Europe considère que la première façon d’appréhender la gestion de la ressource passe par la réduction de la flotte. « Nous pensons au contraire qu’il vaut mieux donner à la filière, qui a besoin de confiance et de visibilité, les moyens de la renouveler. Un bateau neuf incarne pourtant tous les enjeux européens : sécurité, qualité, sélectivité, moindre consommation énergétique, attractivité des métiers… ».

Scroll To Top