Accueil / Commissions / Mobilités et Aménagement du territoire / Direct SP-janvier 2020 : Intervention de Jean-Paul Vermot sur la politique logement

Direct SP-janvier 2020 : Intervention de Jean-Paul Vermot sur la politique logement

Jean-Paul Vermot

Madame La Présidente,
Chers collègues,

Ce rapport sur le logement est rattrapé par l’actualité, qui, ce matin même, met le mal-logement sous une lumière cruelle.

Ce jeudi, la Fondation Abbé Pierre a dévoilé son rapport. Elle s’insurge, à nouveau, contre la situation de nombre de nos concitoyens.

3 953 000 personnes seraient en situation de mal logement en France : 902 000 sans logement, et 2 819 000 dans des conditions de logement très difficiles.

Quelques chiffres qui doivent nous inspirer une profonde humilité, mais également une volonté résolue, inaltérable de nous attaquer au mal logement.

Notre département a toujours considéré que l’habitat et le logement était au cœur d’une politique de solidarité assumée.

Garantir un toit digne pour tous reste un objectif sur l’ensemble du département.

A l’inverse d’autres, nous avons donc continué inlassablement à répondre aux défis du logement, aux anciens comme aux nouveaux.

Permettez-moi ici-même publiquement de remercier les agents de nos services en charge du logement et de l’habitat. Ils ont été et sont des fonctionnaires de qualité, dévoués au service des finistériennes et finistériens et font preuve d’une activité résolue, imaginative et toujours bienveillante.

Le rapport présenté aujourd’hui marque un cap. Un cap par son amplitude, le nombre de sujet qu’il aborde, mais un cap également dans le nouvel horizon qu’il porte, les nouvelles possibilités qu’il offre.
Densité dans les points abordés que j’ai résumé en trois grands chapitres :

1- Le défi de Territorialisation pour « être plus fort ensemble »

Nous entrons en phase active du PDH (plan départemental de l’habitat), pas pour écrire un nouveau rapport voué à un placard, mais bien pour écrire notre vision de l’habitat.

Nous avons créé la Conférence du financement de l’habitat, avec les EPCI, ou l’on valide désormais politiquement la programmation du logement social et les équilibres de son développement.

Nous avons revisité le FSL pour créer Finistère Solidarité Logement, pour répondre plus vite, plus fort aux besoins de nos concitoyens.

Et nous venons de terminer un exercice d’évaluation de l’activité des bailleurs du territoire, qui, si elle a interrogée, permettra d’adapter au mieux nos soutiens financiers.

2- Le Défi de la lutte pour l’environnement et la précarité énergétique

Nous avons créé de toute pièce le SDIME (Service Départemental d’Intervention pour la Maitrise de L’Energie). Nous l’avons créé, et bien lancé au vu du nombre croissant de visite-eau-énergie de celui-ci dont une partie est réalisée en interne, en collaboration avec les ALE (Agence locale de l’Energie). Nous avons pu ainsi déployer une nouvelle aide l’AMEE, Aide à la Maitrise et à l’Economie d’Energie en redéployent nos moyens.

Nous avons également renouvelé notre délégation des aides à la pierre en soutenant les territoires qui s’organise et qui ainsi nous porte dans le peloton de tête en terme de mobilisation des moyens de l’ANAH. Ce sont chaque année des millions qui bénéficient à notre territoire et à notre économie locale, pas loin de 10 cette année.

Enfin, avec nos partenaires, nous nous inscrivons résolument dans la lutte contre les expulsions et le logement indigne.

3- Le défi de l’équilibre des territoires : le Conseil Départemental, un ensemblier au service de tous

Le département, au sein même des instances de coopération territoriale, est un espace d’équilibre d’une vraie politique de l’habitat, ou chacun peut conserver ses capacités d’aménagement.

Le PDH (plan départemental de l’habitat) à construire en 2020 le réaffirmera notre volonté d’un développement équilibré et efficace.

Gros sujet, la fusion de notre OPH (office public de l’habitat) avec l’OPAC de Quimper, nous permettra de construire le bras armé du développement du logement social, de l’accession à la propriété. Conserver un office PUBLIC de l’habitat, le renforcer avec la fusion, c’est un choix fort pour le Finistère qui ainsi construit le 2ième plus grand OPH de la Bretagne. Petite concession à mes collègues régionalistes, mais ils l’auront compris, je ne parlais que de la Bretagne administrative. En tout état de fait, cette fusion traduit une volonté conjointe de rester un acteur majeur du logement social sur notre département et voire même de développer tant que la Loi le permet ses activités.

Ce travail se construit dans la durée, avec des échanges riches dont je souligne la qualité en commission, la preuve en est les appels à manifestation d’intérêts lancés il y a plusieurs années sur la revitalisation des centre-bourgs, en phase désormais active.

Il s’inscrit d’ores et déjà dans l’avenir car nous observons des phénomènes nouveaux en permanence sur notre territoire.

Nous y sommes très attentifs et armés pour les suivre avec l’ADIL (agence départementale d’information sur l’Habitat) et notre observatoire de l’habitat.

Les éléments d’une tension, voire à terme d’une spéculation sur certains de nos territoires, nous ont amené à accélérer le travail sur un Office Foncier Solidaire Départemental qui pourrait nous aider à maintenir, à assurer la mixité sociale de tous nos territoires.

Le travail ne manque donc pas dans les jours et mois à venir.

Mme la Présidente, Chers collègues, nous avons construit résolument, un service public dévoué à développer l’Habitat en répondant aux défis de ce secteur.

Le Président de la République a appelé le 25 avril 2019 à « ouvrir un nouvel acte de décentralisation adapté à chaque territoire ». La concertation sur le projet de Loi 3D (décentralisation, différenciation et déconcentration) s’est lancée.

Mme La Présidente, chers collègues, nous sommes prêts, sur le champ de l’Habitat, dans le cadre d’un dialogue sincère, d’une coproduction équilibrée pour chacun (Etat et Département), à répondre à cet appel et à inscrire un nouvel acte de la décentralisation en Finistère.

Retrouvez l’interview de Jean-Paul Vermot en cliquant ici