Accueil / Actualités / La délégation de service public pour l’exploitation des ports de pêche

La délégation de service public pour l’exploitation des ports de pêche

Lors de la Commission permanente du lundi 4 décembre, les Conseiller.e.s départementaux du Finistère, ont validé à l’unanimité, l’attribution de la Délégation de service public d’exploitation des ports de pêche de Cornouaille, à la Chambre d’Industrie et de Commerce métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO). 

Cette délégation se traduit par un contrat unique et va permettre une exploitation coordonnée par un même gestionnaire. Elle doit permettre de conforter l’avenir de la filière, par une politique active d’investissement et une coopération renforcée entre les ports, les professionnels et les collectivités territoriales.

Suite à la mise en place d’une procédure de mise en concurrence, la Chambre de Commerce et d’industrie Métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO) a été retenue afin d’assurer la délégation de l’exploitation du service public des ports de pêche en Cornouaille. Concrètement, le syndicat mixte, en tant qu’autorité portuaire aura pour compétence la gestion, l’exploitation, l’entretien mais aussi le renouvellement et la modernisation des outillages des 7 ports de pêches concernés à partir du 1er janvier 2018 et ce pour une durée de 8 ans.

Les orientations et priorités de la CCIMBO :
• l’exploitation des services des ports ;
• La réalisation d’un programme d’investissement portant sur le second œuvre des bâtiments, les équipements, les outillages, la maintenance, la modernisation, le renouvellement et les mises aux normes.
Le Département a fixé, en concertation avec ses partenaires, un programme d’actions ambitieux au délégataire pour renforcer l’attractivité des criées et mutualiser les actions en sortant d’une logique « de port à port » :
• La modernisation du port du Guilvinec ;
• La réhabilitation des équipements et outillages de la criée de Concarneau hors gros oeuvre ;
• La mise aux normes du port de Douarnenez pour le slipway et le rejet des eaux de mer ;
• Le renouvellement de l’ensemble des treuils et grues de débarquement sur tous les ports ;
• La modernisation du système de vente en criée ;
• L’ergonomie et la sécurité sur tous les ports ;
• La transition énergétique ;
• L’entretien, le nettoyage et le ravalement des bâtiments sur tous les ports.

Pour ce faire, 28,6 millions d’euros d’investissement sont programmés, avec la répartition de financement suivante : 15 millions d’euros par le Syndicat mixte des ports de pêche-plaisance de Cornouaille, 8,6 millions d’euros par la CCIMBO, délégataire ; 4,9 millions d’euros par le FEAMP (Europe, État, Région).

Enfin, le Département demande l’engagement dans des démarches qualité, en vue d’obtenir des certifications ISO avant le 31 décembre 2021 pour la qualité de services, la sécurité et l’environnement des ports. Le  Conseil départemental a également souhaité activer les clauses d’insertion pour réserver un nombre d’heures de travail à des personnes éloignées de l’emploi. Le nombre minimum des recrutements réservés à ces publics devra représenter 10 % des nouveaux recrutements soit 6 188 heures d’insertion. L’objectif est d’atteindre le taux de 18 % en fin de délégation, soit 6 personnes à temps plein.

Rappel : Conformément au cadre juridique en vigueur, une gouvernance et des moyens partagés ont été mis en œuvre au travers desquels trois entités seront représentées. Le Département du Finistère pour les ports de Douarnenez, Audierne, Saint Guénolé, Le Guilvinec-Lechiagat, Lesconil, Loctudy-Ile-Tudy ; la Région Bretagne pour le port de Concarneau ; et les groupements de communes concernés pour leurs compétences économique et leurs liens aux communes pour les problématiques d’interface ville-port.