Accueil / Actualités / Le dragage des ports de Loctudy et de Lesconil : des opérations essentielles pour renforcer l’économie et l’attractivité du Finistère

Le dragage des ports de Loctudy et de Lesconil : des opérations essentielles pour renforcer l’économie et l’attractivité du Finistère

Dans le cadre de son engagement en faveur de l’aménagement et de la modernisation des infrastructures portuaires du Finistère, le Conseil général réalise d’importants travaux de dragage nécessaires au développement économique des ports et à l’attractivité de notre département.

Après ceux du Guilvinec et de Concarneau, le Conseil général a lancé, le 12 mars dernier, les travaux de dragage des ports de Loctudy et de Lesconil pour rétablir les profondeurs initiales des ports et permettre le fonctionnement normal des activités de pêche et de plaisance.

Le projet global de l’opération comprend plusieurs phases, notamment le dragage des ports de pêche et de plaisance de Loctudy (143 470 m3) et de Lesconil (20 570 m3), l’immersion des sédiments dragués sur deux sites « Hauturier » et « Petit Banc » à 8 milles nautiques au sud du Guilvinec, le dragage de 3 000 m3 de sable obstruant le chenal d’entrée du port de Loctudy avec la valorisation de ces matériaux en confortement dunaire, le traitement par déshydratation de 625 m3 pollués qui seront enfouis à Ty Coq.

La technique utilisée pour le dragage, à savoir 1000 m3 de sédiments immergés par jour limités à 2 rotations par jour, permet de réduire l’impact environnemental du dragage, conformément aux prescriptions de l’arrêté préfectoral.

La première phase a débuté au mois de février 2013 avec l’arrivée des premiers matériels (pelles, pontons, abris de chantier) sur le port de Loctudy. Dès le 12 mars, les travaux de balayage, de peignage et de tri des macro-déchets ont commencé dans le port de pêche de Loctudy, puis le 21 mars ont débuté les opérations de dragage du port de plaisance.

Il faut rappeler qu’avant la mise en œuvre du projet, une longue phase de concertation a été conduite auprès des usagers, du public et des services instructeurs et qu’au terme de l’enquête publique qui s’est déroulée du 8 septembre au 8 octobre 2010, le Préfet du Finistère, par arrêté du 16 juin 2011, a autorisé la réalisation du dragage des ports de Loctudy et de Lesconil.

Le Conseil général, maître d’ouvrage du projet avec les communes de Loctudy et de Lesconil, a organisé plusieurs réunions publiques d’information à destination des habitants et des usagers, le 11 février 2013 à Loctudy et le 18 mars 2013 à Lesconil, afin de leur présenter le contenu et le calendrier des opérations de dragage.

A l’initiative du Conseil général, un comité d’information et de suivi regroupant autour de Michael QUERNEZ, Vice-président en charge de ce dossier, l’ensemble des acteurs de la pêche, de la plaisance, les partenaires institutionnels et les associations de l’environnement, a été mis en place et s’est réuni à deux reprises, le 29 janvier et le 16 avril 2013. Ce comité permet d’apporter, tout au long des travaux, une bonne information à tous sur l’état d’avancement et le respect des mesures de suivi pour garantir toute la transparence nécessaire dans la conduite des opérations de dragage.

Un contretemps survient le 4 avril dernier, date à laquelle le Comité départemental des pêches du Finistère signale au Conseil général des remontées de pierres et de vase compacte sur les sites d’immersion. Le Conseil général prend alors la décision d’interrompre les opérations d’immersion et organise une réunion de chantier le 9 avril avec les représentants de l’entreprise MERCERON pour demander des mesures correctives :

Mesures matérielles :

  • mise en place de protections latérales de 90 cm sur la grille du chaland pour empêcher la chute de pierres ;
  • élargissement de la grille posée sur le chaland;
  • enregistrement vidéo des opérations de chargement des sédiments sur le chaland pour s’assurer de l’efficacité du dispositif ;

Mesures de suivi :

  •  présence humaine renforcée sur les sites de dragage pour veiller au bon fonctionnement des opérations ;
  • anticipation des mesures de bathymétries et prises de vues sous-marine pour surveiller les fonds marins après les immersions.

Une fois ces mesures prises, le Conseil général donne l’autorisation à l’entreprise de redémarrer les travaux. Ces mesures ont été présentées devant les membres du Comité d’information et de suivi qui a été réuni, le 16 avril 2013, à l’initiative du Conseil général. Au cours de la réunion, Michael QUERNEZ a rappelé la nécessité pour les maîtres d’ouvrage que les opérations puissent se dérouler dans de bonnes conditions et en toute transparence.

 

Scroll To Top