Accueil / Actualités / Nouveau pont de Térénez : une reconnaissance internationale et emblématique pour notre département

Nouveau pont de Térénez : une reconnaissance internationale et emblématique pour notre département

photo Pont TerenezTrois ans après sa construction, cet ouvrage d’art exceptionnel est devenu un emblème de notre département et a été distingué par deux prix internationaux. Pierre Maille, président du Conseil général, accompagné de nombreux conseillers généraux et des élu-es locaux, s’est rendu sur place le 18 avril pour célébrer cette reconnaissance et faire le point sur les aménagements de valorisation du site de Térénez.

 

Situé au cœur du site remarquable de la vallée de l’Aulne, le nouveau pont de Térénez constitue un point de passage unique entre la presqu’île de Crozon et le Nord-Finistère. Il assure un lien stratégique pour l’équilibre territorial du département avec des enjeux économiques, militaires et de sécurité civile. C’est également un haut lieu de la randonnée dans le Finistère.

Inauguré en avril 2011, ce pont a nécessité 4 années de travail et a mobilisé une centaine d’ouvriers, de technicien et d’ingénieurs. 21 000 heures de travail ont d’ailleurs été réalisées par des personnes en insertion. Ce chantier de 50 millions d’euros a été financé intégralement par le Conseil général du Finistère.

Premier pont courbe à haubans de France, il détient le record mondial de portée pour ce type de travée. Cet ouvrage remarquable vient ainsi de recevoir deux distinctions internationales : le prix de la Fédération Internationale du Béton (décerné au mois de février 2014 en Inde) et le World Infrastructure Award 2013.

Le 18 avril 2014, Pierre MAILLE, président du Conseil général, s’est rendu sur place pour célébrer cette reconnaissance internationale. Il était accompagné des vice-présidents Chantal SIMON-GUILLOU et Roger MELLOUËT, ainsi que de nombreux conseillers généraux et des élus locaux.

Aujourd’hui, le Conseil général poursuit la valorisation de ce site d’exception classé Natura 2000. Il a ainsi fait le choix de déconstruire l’ancien pont, atteint du cancer du béton, en veillant particulièrement à la protection du site (800 000 euros sont consacrés au suivi et au traitement des déchets de ce chantier). Parallèlement, le Département souhaite promouvoir l’accessibilité de ce site naturel. Pour cela, il va réaliser deux belvédères qui permettront aux promeneurs de profiter de la vue. Le Conseil général travaille également à l’ouverture, ou réouverture, de plusieurs sentiers multi-usages (vélo, pédestre et équestre) en collaboration avec les collectivités locales. Pour accueillir les promeneurs dans de bonnes conditions et faciliter l’accès aux sentiers, deux aires de stationnement vont également être créées.

L’ensemble de ce chantier de déconstruction et de réalisation des aménagements devrait être terminé à la fin de cette année.

>> Pour plus d’informations, vous pouvez télécharger le dossier de presse en cliquant ici.