Accueil / Actualités / Opération de dragage de chenal d’Audierne : une mise au point indispensable !

Opération de dragage de chenal d’Audierne : une mise au point indispensable !

Image1Depuis le 18 juin dernier, l’entreprise Merceron s’est attelée, pour le compte du Conseil départemental, à des travaux de dragage du chenal d’Audierne.

Les prises de positions récentes de Didier Guillon, conseiller départemental d’opposition, loin des enjeux forts liés à la préservation de l’activité du port, appellent une sérieuse mise au point de notre part.

Un rappel de l’enjeu tout d’abord : l’ensablage naturel du chenal impose des opérations régulières de dragage. Ces travaux, à Audierne comme dans d’autres ports Finistériens, font intervenir des procédés lourds pour rétablir les profondeurs initiales des ports. À chaque fois nous mettons tout en œuvre pour permettre la poursuite et le développement de l’activité portuaire des activités de pêche et de plaisance et ce dans le respect total de la protection de l’environnement.

À Audierne, en 2014 et depuis la fin de la convention qui liait le Conseil départemental à la société La Carmeuse, une vaste étude de fond a été lancée qui aboutira à un plan de gestion global des profondeurs sur l’ensemble du port d’Audierne. Un plan qui prendra aussi en compte les natures et possibilités de valorisation des sédiments avec notamment l’objectif de favoriser les filières de préservation du littoral.

Dans l’attente des résultats définitifs de cette étude et en accord avec les services de l’État, nous avons fait appel à une entreprise pour réaliser l’entretien du chenal d’Audierne pour les trois années à venir, de 2015 à 2018. Les travaux actuels visent ainsi à maintenir une profondeur d’eau adéquate sur une bande de 15 mètres de part et d’autre de l’axe du chenal (30m au total), entre l’embouchure du Goyen au Sud et le quai de Poulgoazec au Nord.

Les principes de cette opération, présentée dès février 2015 en Conseil portuaire, sont considérés par l’ensemble des parties prenantes, élus, techniciens, pêcheurs et associations de protection de l’environnement comme totalement indispensables pour la pérennité du port !

Cette nouvelle méthode employée permet un meilleur dragage du chenal. Mais des aléas de chantier, comme la découverte de l’épave du Bessel ou la forte présence de galets ont compliqué la tâche de l’entreprise.

Malgré l’ensemble des protections, balisages et informations mis en place afin de respecter au mieux les conditions des sorties du port, des travaux de cette ampleur peuvent poser des questionnements compréhensibles de la part des plaisanciers et des marins-pêcheurs. Il est vrai qu’une présentation détaillant encore plus largement les conditions de cette opération aurait été nécessaire pour lever en amont les craintes des utilisateurs du port.

C’est pourquoi, à l’initiative de Michaël QUERNEZ, Vice-président en charge de ce dossier, l’ensemble des acteurs de la pêche, de la plaisance, les partenaires institutionnels et les associations de l’environnement, ont été réunis lundi 13 juillet dernier au sein d’un Conseil portuaire extraordinaire. Il a permis à tous d’échanger et de dialoguer. Le Conseil départemental a réexpliqué le déroulé et l’état d’avancement de ces opérations. C’était un temps important pour prendre en compte les avis de tous les acteurs du dossier et donner, en toute transparence, l’ensemble des informations complémentaires dont nous disposons. Ce partage des informations a d’ailleurs été très bien perçu par les membres du Conseil portuaire.

Comme prévu, les travaux vont s’achever vendredi prochain et les levées bathymétriques réalisées quasi quotidiennement montrent déjà le désensablage progressif du chenal. La seconde campagne annuelle de dragage débutera en septembre pour poursuivre l’entretien du chenal.

Avec l’opération en cours, nous mettons ainsi en œuvre des solutions à effets immédiats et travaillons dans le même temps à construire des solutions à plus long terme pour assurer un accès totalement sécurisé au port d’Audierne.

La tentative de récupération politique menée par la droite Finistérienne n’est pas à la hauteur de ce type de dossier. Gestionnaire de 15 ports de pêche et de commerce, nous jouons un rôle majeur pour permettre aux professionnels de faire leur travail dans de bonnes conditions. Des sommes importantes sont ainsi déployées pour l’entretien et l’aménagement des sites portuaires. Notre but est de permettre à l’activité économique de se déployer dans chacun de ses ports. La tentative de récupération politique menée par la Didier Guillon n’est donc pas à la hauteur de ce dossier.