Accueil / Actualités / Rapport 2018 sur l’égalité femmes-hommes – Séance plénière – 20 décembre 2018

Rapport 2018 sur l’égalité femmes-hommes – Séance plénière – 20 décembre 2018

bbb

Chaque année, depuis la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, les collectivités territoriales et les EPCI de plus de 20 000 habitant.e.s ont l’obligation de présenter, préalablement aux débats sur le projet de budget, un rapport (cliquez ici pour le consulter) sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

L’objectif de ce rapport présenté par Elyane Pallier, conseillère départementale déléguée au sport, à l’égalité hommes/femmes et à la vie associative, est de souligner l’ampleur des inégalités F-H, et d’adapter les actions concrètes telle que par exemple lors de la mise en place du nouveau régime indemnitaire.

Depuis 2006, le Conseil Départemental s’est engagé en signant la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale. Celle-ci a marqué un engagement politique fort et a conduit à l’élaboration d’un plan d’Action. Malgré d’importants progrès, des inégalités persistent. Pourtant la dernière enquête de l’observatoire de l’opinion, en octobre 2018, indique que c’est un sujet majeur pour les finistériens et finistériennes.

Ce résultat conforte cette volonté politique pour une société véritablement paritaire. Cette année, dans le cadre du projet emblématique égalité femmes-hommes, les élu.e.s ont souhaité élaborer un rapport commun avec les villes et les intercommunalités finistériennes volontaires. La démarche, lancée symboliquement le 8 mars dernier, a donc été construite avec les communautés de communes de Lesneven-Côtes des légendes, Pays de Landivisiau, Pays de Landerneau-Daoulas, Quimperlé communauté, Brest métropole, les villes de Quimper et Brest.

Le rapport comporte 2 parties :

  • une partie statistique sur les ressources humaines qui indique que :

Les femmes représentent 59% des effectifs et sont peu présentes dans les filières techniques mais sur représentées dans les filières administratives et sociales. 87 % des personnels à temps partiel sont des femmes et dans toutes les catégories, elles sont moins rémunérées.

  • une partie consacrée à la description d’actions locales pour sensibiliser à l’égalité ou à lutter contre les violences faites aux femmes.

Face à ces constats qui rejoignent les chiffres nationaux, Elyane Pallier précise que « nous savons que notre action s’inscrit sur du long terme car ces évolutions nécessaires sont aussi liées à l’éducation ainsi qu’au fonctionnement de notre société. »