Accueil / Actualités / Séance plénière de juin 2014

Séance plénière de juin 2014

hemicycle CG29 vignetteSolidarité envers les Finistériens et solidarité envers les territoires étaient au programme de la séance plénière du Conseil général du Finistère du 19 juin. Les conseillers généraux de la majorité ont notamment appuyé leur soutien aux collectivités et entreprises touchées par les tempêtes de cet hiver. Ils ont également fermement dénoncé les propos tenus par les élu-es de droite concernant les mineurs isolés étrangers.

En ouverture de cette séance plénière, Pierre MAILLE, président du Conseil général, a rappelé le contexte institutionnel et économique, soulignant les missions actuelles du Département. « La disparition de l’Assemblée départementale, si une réforme constitutionnelle le décide d’ici 2020, doit être comprise comme une volonté de simplifier l’organisation territoriale, de la rendre plus efficace et plus compréhensible. Elle ne signifie ni le renoncement à des missions de solidarité tout au long de la vie, ni la critique de l’action que nous menons depuis de nombreuses années. Collèges, routes, solidarités à tous les âges… Les Conseils généraux ont démontré qu’ils pouvaient souvent faire mieux que ne le faisait l’Etat lorsqu’il exerçait lui-même les compétences. Et nous devons être fiers, avec l’ensemble des personnels du Conseil général, de ce que nous faisons. » (retrouvez l’intégralité de son discours en cliquant ici).

« Le Département, nous le savons tous ici, est le garant des solidarités humaines et des solidarités territoriales. Nous le confirmons d’ailleurs une fois de plus aujourd’hui par notre soutien aux communes fortement touchées par les inondations et tempêtes de cet hiver. Cela démontre notre volonté d’être toujours solidaires de l’ensemble des collectivités finistériennes et toute l’importance des missions de proximité qui devront perdurer demain, même sous une autre forme » a poursuivit Didier LE GAC, président du groupe « Finistère à gauche, Finistère pour tous » (retrouvez l’intégralité de son discours en cliquant ici).

En effet, lors de cette séance, les élu-es de la majorité ont affirmé leur mobilisation aux côtés des communes et intercommunalités ainsi que des entreprises touchées par ces intempéries. L’Assemblée départementale a voté la mise en place de dispositif d’aides exceptionnelles en solidarité avec les collectivités, et en soutien à l’économie locale. Le Conseil général participera ainsi au financement des travaux de réparation des ponts et ouvrages d’art, des ouvrages portuaires, des voiries, des sentiers côtiers, des rechargements dunaires…Il viendra également en appui des aides déjà mises en place par les chambres consulaires et les collectivités pour aider les quelques 150 à 200 entreprises qui ont été fortement impactées par ces intempéries dans le département. De plus, le Conseil général a engagé d’importants travaux pour remettre en état les patrimoines routiers et bâtis départementaux qui ont subis, eux aussi, de nombreux dégâts (chaussées, ouvrages d’art, ponts, ports, espaces naturels sensibles, sites culturels…).

L’aide financière pour les réparations n’étant pas le seul levier, les conseillers généraux de la majorité ont voulu faire évoluer les dispositifs d’aides du Conseil général en matière de prévention et de lutte contre les inondations. Le Département accompagnera financièrement les territoires dans l’élaboration de nouveaux Programmes d’Actions et de Prévention contre les Inondations (PAPI) comme l’ont expliqué Chantal SIMON-GUILLOU et Armelle HURUGUEN.

Egalement au programme de cette séance, des mesures nouvelles de la politique du logement ont été adoptées : elles permettront de renforcer la part de logements à loyer très abordable dans la programmation annuelle des logements sociaux, d’inciter les communes à revitaliser l’habitat en centre bourg, de lutter contre la précarité énergétique et de simplifier l’accès aux aides à l’amélioration de l’habitat.

Michaël QUERNEZ, vice-président du Conseil général chargé de l’insertion et de l’économie, a aussi présenté la réforme des aides à l’hébergement touristique en lien avec le schéma départemental de développement touristique (2014-2020) adopté en janvier 2014. Ces mesures permettront de maintenir une capacité hôtelière de qualité, diversifiée et répartie sur l’ensemble du territoire départemental.

Nathalie SARRABEZOLLES, vice-présidente chargée des solidarités, a ensuite présenté un point d’étape sur la mise en œuvre du 4e schéma « Vivre ensemble » pour les personnes handicapées. Les grands objectifs de ce schéma 2013-2018 sont de faciliter les démarches des personnes handicapées les accompagner vers l’autonomie et la vie à domicile, accompagner leur vieillissement, améliorer les réponses de proximité en établissement et développer l’inclusion des personnes handicapées dans la vie sociale.

Dans le secteur social également, les élu-es de la majorité ont porté une évolution du tarif plafond des EHPAD conventionnés à l’aide sociale, une amélioration de l’accompagnement des jeunes majeurs pour leur permettre de réussir un parcours de formation ainsi qu’un renforcement de la capacité d’accueil des jeunes mineurs isolés.

Les élu-es du groupe « Finistère à gauche, Finistère pour tous » ont fermement dénoncé les propos tenus lors de cette séance par les conseillers généraux de l’opposition concernant les mineurs isolés étrangers . « Même si la charge est compliquée et lourde, nous aurions tort de laisser ces jeunes à la rue sans accompagnement » a pointé Pierre Maille. « Ce sont des enfants en situation de danger. C’est ça la réalité ! Exilés, exploités, errants… notre responsabilité, c’est de la protéger, leur assurer un accueil digne, un accès au logement, à la santé, à l’éducation. Une loi de 2007 prévoit cette protection » a insisté Marc LABBEY, vice-président chargé de l’enfance, de la famille et de la jeunesse. Voir également la réaction de François Marc sur son blog, en cliquant ici.

Enfin, cette séance plénière était consacrée à la décision modificative n°1 du budget 2014 (DM1) présentée par Roger MELLOUËT. En janvier dernier, le résultat de l’année 2013 avait été estimé à 63,30 M€. Il s’élève finalement à 69,23 M€, ce qui laisse une recette de 5,93 M€ (CA 2013) à réaffecter. L’exécutif départemental a fait le choix d’affecter l’intégralité de cette somme en fonctionnement.

>> Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le dossier de presse en cliquant ici.