Accueil / Actualités / Séance plénière des 1er et 2 février – Intervention de Florence Cann sur la planification et l’éducation familiale

Séance plénière des 1er et 2 février – Intervention de Florence Cann sur la planification et l’éducation familiale

Après la présentation du rapport concernant le soutien à la planification et à l’éducation familiale par Marc Labbey (président de la commission Solidarités Enfance Famille), lors de la séance plénière, Florence Cann (déléguée à la vie collégienne) est également intervenue sur cette politique menée par le conseil départemental.

Voici son intervention :

Madame la Présidente, Mes cher.e.s collègues,

En complément de ce qui vient d’être présenté, je voudrais insister sur l’importance et la pertinence d’organiser les messages de prévention en milieu scolaire : chaque année, 25 000 collégien.ne.s fréquentent quotidiennement les collèges publics du territoire. Dans le cadre de sa mission d’éducation, l’école doit prendre toute sa part à l’égard de la santé des élèves et de la préparation à leur future vie d’adulte.
Le Conseil départemental porte un projet départemental de planification et d’éducation familiale. L’éducation à la sexualité en milieu scolaire y contribue évidemment par l’apprentissage d’un comportement responsable, dans le respect de soi et des autres, en complément ou en relais du rôle des familles.
La révision des conventions de fonctionnement des centres de planification est l’occasion de le réaffirmer. En déployant une offre de services auprès de l’ensemble des principaux d’établissements ,nous avons pour ambition de toucher au moins une fois, au cours de son parcours scolaire, chaque élève scolarisé dans nos collèges publics finistériens, avec information en matière de vie affective et sexuelle dispensée par des professionnels formés à ces problématiques.
Nous proposons une création d’une sectorisation scolaire pour les infos menées par les Centres de planification.
Cette démarche est d’autant plus importante qu’elle est, à la fois, constitutive d’une politique de santé publique. 
L’éducation à la sexualité en milieu scolaire y contribue évidemment par l’apprentissage d’un comportement responsable dans le respect de soi et des autres en complément ou en relais du rôle des familles.