Accueil / Actualités / Trois questions à Anne Maréchal, Conseillère départementale du Finistère déléguée à la culture

Trois questions à Anne Maréchal, Conseillère départementale du Finistère déléguée à la culture

Lors de la commission permanente du 6 novembre 2017, les élu.e.s du Conseil départemental du Finistère se sont prononcé.e.s en faveur de deux opérations majeures de conservation et de valorisation du patrimoine historique départemental. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Ce vote concerne l’opération de conservation et de valorisation du patrimoine au domaine de Kernault, à Mellac et l’acquisition du fonds d’archives Théodore Hersart de la Villemarqué. L’objectif est à la fois simple et ambitieux car il consiste à se saisir de notre patrimoine commun et à le faire rayonner bien au-delà de notre territoire.

En effet, chacune de ces décisions va dans le sens d’une démocratisation et d’une diversification de l’offre culturelle. Concernant l’acquisition du fonds d’archives Theodore Hersart de La Villemarqué c’est historique car ce fonds est constitué de 7500 documents, de trois carnets de collecte et d’une bibliothèque d’environ 3000 ouvrages du chanteur populaire breton.

Quant à l’opération de conservation et de valorisation du patrimoine au domaine de Kernault, nous en sommes très fièr.e.s au Conseil départemental du Finistère car c’est un bâtiment classé monument historique, il date du 15 ème siècle et ce vote va permettre de poursuive la démarche engagée de mise en sécurité, d’amélioration de l’accessibilité de conservation du bâtiment et donc de valorisation du patrimoine historique départemental. En effet, le grenier à pans de bois qui va être restauré est un marqueur important du caractère agricole de ce manoir.

Quel est l’impact de ce vote dans le paysage culturel et patrimonial Finistérien ?

Disons que cette décision est une pierre de plus quant à la valorisation du patrimoine Finistérien, qu’il soit musical, patrimonial ou historique.

Concrètement, nous avons proposé de racheter à la famille de Théodore Hersart de La Villemarqué son œuvre qui constitue l’un des éléments majeurs de la culture bretonne afin de la conserver au sein des archives départementales. Cette acquisition se compose de notes manuscrites, de coupures de presse et autres extraits de revues, de sources intéressantes ainsi que des poésies bretonnes originales ou parues dans diverses publications. Le fonds comprend également une correspondance familiale, et des dossiers factuels comme l’attribution de la Légion d’honneur à l’auteur de Barzaz Breiz. Les trois carnets de collecte originaux, sur lesquels Théodore Hersart de la Villemarqué avait recueilli les chants qu’il a publié, constituent le cœur le plus précieux du fonds d’archives.

Concernant l’opération de conservation et de valorisation du patrimoine au domaine de Kernault l’assemblée a validé les principes de cette opération qui portera prioritairement sur les deux édifices majeurs : le logis et le grenier à pans de bois. Il s’agit ici de résoudre les désordres structurels et sanitaires liés à la vétusté de la toiture, de la charpente, des planchers et des menuiseries.

Au-delà de l’aspect financier, quel va être le rôle du Conseil départemental du Finistère vis-à-vis de ces deux projets ?

Figure 1 – Par Evariste – Vital Luminais – Source Wilipédia

C’est maintenant tout une phase de mise en valeur de notre patrimoine qui va s’engager. L’œuvre de Theodore Hersart de La Villemarqué va être conservée et numérisé par le service des archives  du Conseil départemental qui font un travail remarquable. La numérisation de 7 500 documents originaux datant du 19e siècle est en projet pour 2018 et apparait nécessaire pour pouvoir les transmettre et les faire connaitre du grand public.

S’agissant du domaine de Kernault à Mellac, ce bâtiment est la propriété du Département du Finistère. Il participe du projet du Conseil département du Finistère de sensibiliser et d’éduquer à la culture, au patrimoine, au développement du sens critique et à la curiosité.  Pour cela, d’une manière concrète, les travaux verront la réalisation d’une salle au 1er étage du grenier d’une salle d’exposition temporaire avec la mise en valeur de la structure architecturale.

Des travaux seront également entrepris sur le premier étage du logis qui sera, à terme, visible par le public. Ils modifieront profondément l’organisation du site et permettront le développement de différentes approches de médiation et d’action culturelle par le déplacement des fonctions d’accueil vers l’actuelle cidrerie, en extrémité du grenier avec une ouverture plus attrayante sur le mail d’arrivée ainsi qu’en augmentant les espaces ouverts au public dans le logis par le déménagement des bureaux.