Accueil / Actualités / Un Finistère attractif – Intervention de Michaël Quernez – Séance plénière des 31/01 et 1/02

Un Finistère attractif – Intervention de Michaël Quernez – Séance plénière des 31/01 et 1/02

Madame la Présidente, cher.e.s collègues,

Le Conseil départemental est depuis, de très nombreuses années, engagé dans un travail de fond visant à soutenir, accompagner et favoriser l’attractivité du Finistère.

Cette attractivité est multidimensionnelle, globale et intégrée. L’ensemble des rapports présentés sous cet engagement d’un « Finistère attractif » mettent ainsi l’accent sur des notions essentielles : le maintien de services publics (et nos concitoyens y sont très attentifs), une offre de formation, de loisirs, une vie culturelle et associative, un environnement de qualité, un patrimoine préservé…

Nos collectivités territoriales, la Région Bretagne, le Département et les intercommunalités travaillent d’arrache-pied pour cette attractivité. Car nous devons faire avec la réalité géographique : le Finistère est éloigné des centres de décisions nationaux et européens. Pour autant nous avons d’immenses atouts à faire valoir et nous pouvons nous appuyer sur les valeurs qui fondent l’identité de notre territoire, des femmes et des hommes qui y résident.

Des valeurs d’ouverture au monde, d’audace d’entreprendre, de solidarité. Une tradition du faire ensemble, une capacité à relever collectivement les défis également.

Des valeurs et qui sont autant de piliers sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour agir.

La mer tout d’abord. Elle est omniprésente. C’est aussi un formidable atout.

Avec ses 1 200 kilomètres de côtes, la beauté de ses paysages et l’importance de l’économie de la mer le Finistère est plus que jamais un territoire maritime.

Le Conseil départemental poursuit ses actions initiées au travers de la stratégie départementale Mer et Littoral 2017-2023 et décline sa vision intégrée des enjeux de la  maritimité.

Je dirais ainsi quelques mots sur notre soutien aux filières, historiques, du nautisme, de la plaisance et de la pêche.

Sur la pratique nautique. Notre soutien ne se dément pas, au contraire. L’agence d’attractivité F360° poursuit la mise en œuvre de son plan d’action qui vise à renforcer l’attractivité, conforter l’économie touristique et nautique, cultiver la différence de la destination Finistère par la conquête de nouvelles clientèles et la fidélisation, et favoriser la prise en compte du développement durable.

Elle travaille tant avec les acteurs locaux publics que privés en leur proposant une offre de services variée … Dans un monde en perpétuelle mutation, l’agence Finistère 360° entend ainsi répondre aux nouveaux enjeux du marketing territorial, du tourisme et du nautisme.

Services départementaux et F360° ont travaillé une modernisation de nos dispositifs d’aide à la pratique nautique. Il s’agit de rendre plus accessible la pratique en renforçant l’offre sur les territoires. C’est aussi la fin d’une politique de guichet car nous souhaitons aller vers le développement de véritables projets de nautiques de territoires. L’agence sera présente en appui technique aux côtés des acteurs locaux pour avancer sur ces projets.

Je reviens également sur les enjeux portuaires, de la plaisance et de la pêche. Là encore nous avons aujourd’hui un outil efficace. Le Syndicat Mixte Pêche et Plaisance de Cornouaille (SMPPC) est ainsi le fer de lance de notre action.

La filière pêche et produits de la mer est déterminante pour l’économie finistérienne et largement pourvoyeuse d’emplois sur certains territoires avec 2 492 marins pêcheurs, soit 50% des pêcheurs actifs en Bretagne et 12,5% de l’effectif national.

La question de la structuration de la filière pêche à l’échelle bretonne en lien avec le Conseil régional de Bretagne est donc centrale. Tout comme l’est le  travail mené par le SMPPC pour assurer la modernisation des infrastructures portuaires.

En 2019, le syndicat mixte poursuivra les études sur les restructurations des criées du Guilvinec et de Concarneau, places fortes du débarquement en Cornouaille. Nous achèverons également les travaux d’interface ville/port à Audierne et le confortement de la cale du Rosmeur à Douarnenez.

Plusieurs millions d’euros seront ainsi apportés pour la filière, à la hauteur des enjeux pour le sud Finistère qui doit rester la 1ère place de pêche fraîche de France.

Un mot également sur les enjeux du Brexit pour la Bretagne. Celui-ci inquiète, sans doute avec raison.

  • La ré-intégration des ports de Brest et de Roscoff au grand réseau de transport RTE-T par le Parlement Européen est une première manche de gagnée. Il faudra maintenant être attentif au travail de la Commission et à la réalité des fonds européens qui pourraient être débloqués sur nos ports.
  • Sur la pêche, la Commission a fait une annonce importante avec un accord pronant le statuo quo sur la question centrale d’accès à la ressource des zones de pêche britanniques. Les incertitudes demeurent : nous sommes loin d’un accord global, le No deal est plus que jamais d’actualité.

Second pilier, cette capacité à entreprendre, à construire les réponses dont le territoire à besoin.

La clé de développement de notre territoire dépend bien de notre capacité à construire une économie intégrée qui sache lier le monde de la recherche et celui de l’entreprise. Attirer et former les étudiants, les chercheurs, renforcer l’importance de nos lieux de connaissance, soutenir les laboratoires de recherche appliquée, créer des passerelles entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise sont des nécessités dans le contexte de compétition mondiale.

Un seul exemple concret : la construction notamment à Brest d’un pôle de niveau mondial de recherche autour de l’économie bleue.

Le Finistère est le Département breton qui apporte le plus de soutien aux acteurs de l’enseignement supérieur. Frédérique Bonnard Le Floc’h reviendra sur la politique volontariste du Département ; indispensable à l’attractivité du Finistère.

Enfin notre attachement à nos territoires, à notre identité, loin de signifier repli sur soi, se conjuguent au contraire avec la volonté d’innover et de donner à voir et à faire connaître le meilleur du Finistère. C’est le troisième pilier sur lequel nous appuyons notre action.

La langue Bretonne est le marqueur vivant de l’identité de notre territoire. Solange Creignou présentera la déclinaison de la mise en œuvre du schéma Langue Bretonne.

Dans nos territoires, l’Armor et l’Argoat sont intimement liés. Je rejoins les propos du Président de la Région Bretagne qui évoque, dans une récente tribune presse, l’excellence alimentaire bretonne, les compétences reconnues de ses agriculteurs, la traçabilité et la sécurité sanitaire des productions, la forte capacité d’innovation. Ce sont des filières majeures pour notre économie que nous continuons à accompagner. Stéphane Peron rappellera ainsi le calendrier de revisite de la politique agricole et Roger Mellouët, Président de Labocéa,  évoquera cet outil indispensable pour accompagner les exploitants dans la recherche de la meilleure des qualités sanitaires.

Enfin la prise en compte de la question climatique, la gestion et la mise en valeur des espaces naturels, la préservation de la ressource en eau sont autant d’enjeux essentiels pour limiter l’impact de l’homme. Nous sommes déjà touchés par les conséquences des dérèglements climatiques. Pensons tout simplement à nos espaces littoraux et aux risques de plus en plus fréquents de submersion marine. J’en sais quelques choses en tant que Maire de Quimperlé.

La préservation de notre environnement va totalement de pair avec le développement d’un tourisme durable et pourvoyeur d’emploi. Si le Finistère est plébiscité par les visiteurs c’est bien parce que des efforts importants ont été menés pour protéger et mettre en valeur ces paysages et ces espaces naturels.

Les résultats sont là : le Finistère est dans le Top 10 des destinations françaises et les retombées économiques sont importantes : 15 000 emplois, 4M€ de visiteurs.

La préservation de notre patrimoine naturel est donc une condition de l’attractivité touristique du Finistère.  Armelle Huruguen et Georges Lostanlen et Françoise Peron y reviendront plus longuement en cette année 2019, siglée année de l’environnement.

Voilà résumé, Mme La Présidente, chers collègues, la politique d’attractivité de notre Département, un projet d’attractivité totalement en prise avec l’identité du Finistère.