Accueil / Actualités / Un Finistère connecté et ouvert – Intervention de Bernadette Abiven sur la politique de solidarité internationale – Séance plénière des 1er et 2 février

Un Finistère connecté et ouvert – Intervention de Bernadette Abiven sur la politique de solidarité internationale – Séance plénière des 1er et 2 février

Madame la Présidente, cher.e.s collègues,
Un rapport en deux parties, présenté à deux voix avec Frédérique Bonnard Le Floch.
Dans le domaine de la solidarité internationale et de la coopération décentralisée, l’année 2017 a été marquée par deux évolutions majeures : l’une portant sur notre dispositif d’appui aux acteurs finistériens de la solidarité et l’autre, concernant la mise en place d’un Programme d’Appui aux Initiatives Locales dans la Région Diana à Madagascar pour soutenir des projets liés à la préservation de l’environnement.
En effet, désormais, le Conseil départemental, instruit, en partenariat avec le CICODES (Centre d’information cornouaillais pour un développement solidaire) les demandes de soutien aux associations par le prisme des Objectifs de Développement Durable et de celui de la Jeunesse. En 2017, 32 projets ont été soutenus pour un montant total de près de 120 000 €.
D’autre part, notre partenariat à Madagascar s’est poursuivi en 2017 dans le respect de l’accord de coopération décentralisée signé avec la Région Diana. Cet accord comporte deux volets : un volet urbain et un volet rural.
– le volet urbain se traduit par un appui technique à l’Association des communes du Pôle Urbain de Diego Suarez assuré par deux jeunes volontaires finistériens présents à Diego et la réalisation d’une étude de faisabilité d’un projet « eau – assainissement » dans le village d’Ampasindava qui, s’il se concrétise, permettra de mobiliser plusieurs interco finistériennes, notamment Morlaix communauté et QBO. C’est aussi la mise en place d’un programme qui vise à encourager l’engagement citoyen des jeunes et leur mobilité internationale par le biais du service civique. 6 jeunes finistériens sont partis en janvier à Madagascar pour 6 mois et de jeunes Malgaches seront accueillis dans le Finistère dans le courant du mois de mai prochain si nous arrivons à surmonter les tracasseries administratives pour l’obtention des visas.
– pour ce qui est du volet rural, outre la mise en place d’un programme d’Appui aux initiatives locales pour soutenir des projets de préservation de l’environnement, un diagnostic de la coopérative agricole avec laquelle nous coopérons, l’Union de producteurs Matanjaka, a été réalisé.
Les orientations stratégiques du partenariat, définies en 2016 sont respectées.
En 2018, le dispositif d’appui aux acteurs de la solidarité internationale va se poursuivre selon les modalités définies en 2017. 2018 sera aussi une année de réflexion avec le réseau des acteurs de la solidarité internationale pour faire évoluer notre forum annuel.
Quant à la coopération avec la Région DIANA à Madagascar, il est proposé :
– de poursuivre le soutien à l’Union Matanjaka dans un souci de recherche de pérennisation financière de la coopérative grâce à l’appui de nouveaux partenaires financiers ;
– de poursuivre le programme d’appui aux initiatives locales et le soutien aux actions dans les espaces naturels sensibles avec l’appui du Conservatoire Botanique et du PNRA ;
– et de recruter un nouveau volontaire de solidarité internationale, le contrat d’un des jeunes volontaires présents actuellement à Madagascar arrivant à son terme à la fin de l’année.