Accueil / Actualités / Séances plénières et Commissions permanentes / Un Finistère responsable – Intervention de Roger Mellouët – séance plénière 31/01 & 01/02

Un Finistère responsable – Intervention de Roger Mellouët – séance plénière 31/01 & 01/02

Madame la Présidente, cher.e.s collègues

7ème engagement du projet départemental « un Finistère responsable » est centré sur le fonctionnement de la collectivité.

Dans sa propre activité le Conseil départemental se doit d’être exemplaire.

D’abord dans la relation qu’il construit avec les habitants et les habitantes du territoire : Les appels à plus de démocratie entendus depuis quelques semaines, confirment s’il en était besoin l’intérêt pour la promotion de tous les moyens de communiquer d’échanger et de faire participer les citoyens et les citoyennes à la construction des politiques publiques.

A ce titre, la politique de communication de la collectivité appuiera les démarches de participation sur les grandes phases d’évolution et de mise en œuvre des politiques publiques (schémas, plans) et mettra en place les conditions d’une relation d’information plus suivie avec les Finistérien.ne.s. Ainsi, après le schéma langue bretonne ou handicap, après les initiatives déployées dans le cadre d’ALASSO, le Conseil départemental va mettre en place un référentiel de co-construction des politiques publiques. Il est nécessaire aujourd’hui que la collectivité se dote d’un tel outil pour permettre aux directions de se référer à un guide des pratiques dans le cadre des relations avec les habitants ou les usagers.

De même les évolutions de notre organisation et de nos modes de faire dans un souci de simplification de l’action départementale doivent permettre une meilleure lisibilité et transparence de nos actions. Un rapport particulier présente quelques-unes des actions de simplification menées en 2018.

En second lieu, l’exemplarité concerne aussi nos services et la façon dont le département interroge ses propres politiques.  Ainsi le département a renforcé depuis deux ans, ses outils d’évaluation. La présentation que nous avons eu hier matin sur l’évaluation du 4ème schéma vivre ensemble en est une illustration concrète. Les préconisations du comité d’évaluation sont autant d’éléments précieux pour l’élaboration du 5ème schéma.

Enfin, sur ses « ressources » propres le Département se doit d’être exemplaire dans un contexte marqué par une forte pression sur le financement public. Il doit constamment adapter la mobilisation des ressources à l’évolution des besoins et des demandes des habitants et des habitantes.

Je laisserai Claude Jaffré présenter plus précisément les enjeux liées aux ressources humaines dans notre collectivité. Plus de 15% du budget de fonctionnement y est consacré. Le département compte  3900 agents sur une centaine de métiers différents qui assurent pour la plupart une relation physique directe avec les habitants et les habitantes : dans les services d’action sociale de proximité, dans les collèges, sur les routes, pour l’accueil des mineurs.

Les moyens alloués aux équipes aux équipes pour assurer leurs missions doivent également être soulignés. La qualité des moyens en termes de bâtiment et logistique ainsi qu’en termes de système d’information est essentiel pour assurer de bonnes conditions de travail.

Je veux souligner ici que la direction des bâtiments et services généraux disposera d’un budget de fonctionnement de 5,9 M€ et d’un budget d’investissement de plus de 10 M€. Ces montants importants s’expliquent par l’achèvement et la livraison de plusieurs grosses opérations dans le courant de cette année parmi lesquelles on peut citer : Le bâtiment « 1959 » de stang ar hoat à Quimper, le CDAS de Quimperlé, le CDAS de Lesneven et le Centre d’exploitation de Lesneven.

En matière de système d’information, nous avons décidé d’investir afin de favoriser la mobilité comme l’a déjà souligné Kévin Faure dans son propos précédent. Lors de la concertation menée au printemps sur le temps de travail, des observations et des propositions sont remontées dans les échanges sur des questions de mobilité. La DSI mettra en œuvre un plan de développement de la mobilité et du partage de données s’articulant autour : du renforcement et de la simplification d’usage des outils de visioconférence, le déploiement d’outils nomades (téléphonie, ordinateur portable, équipement wifi) et l’augmentation des capacités de stockage de chacun.

Voilà Madame la Présidente mes cher.e.s collègues, les éléments qui devaient être soulignés sur cet engagement.