Accueil / Actualités / Séance plénière du 2 novembre 2020: discours du co-président du groupe Finistère & Solidaires

Séance plénière du 2 novembre 2020: discours du co-président du groupe Finistère & Solidaires

Madame la Présidente,

Cher.e.s collègues,

Comme nous nous étions réunis en Juillet dernier, dans un contexte sanitaire inédit, nous nous retrouvons une nouvelle fois par le biais de la visio-conférence désormais devenue une habitude pour toutes et tous.

Comme en Juillet dernier, cette séance d’aujourd’hui a pour objectif principal de voter une décision modificative budgétaire.

S’il y avait au sein de notre assemblée un élu qui avait l’habitude des décisions budgétaires et qui nous en présentait encore une en Juillet dernier avec la verve et l’engagement qui le caractérisaient, c’était notre collègue et ami Roger Mellouet.

Sa brutale disparition durant l’été a été un choc pour nombre de Finistériennes et Finistériens. Votre hommage, Madame la Présidente, ainsi que les nombreux hommages rendus, ont été autant de marques de sympathie et de respect pour l’homme politique engagé qu’était Roger.

Dans l’essentielle continuité de la vie démocratique, remplacer Roger, si tant est qu’il soit remplaçable, n’a pas été une mince affaire mais nous avons pu compter sur deux hommes :

  • Nous avons eu, malgré le contexte douloureux de Juillet, le plaisir d’accueillir au sein de notre assemblée Julien Poupon, nouveau conseiller départemental du canton de Pont-De-Buis. Pour sa première séance plénière aujourd’hui, nous lui souhaitons chaleureusement la bienvenue dans cette assemblée départementale ainsi que dans notre groupe. Nous savons pouvoir compter sur son engagement politique de gauche et sur son expérience des mandats locaux autant qu’il peut compter sur l’ensemble des élus “Finistère et Solidaires” pour l’accompagner dans l’exercice de son mandat départemental.
  • Nous saluons également, la nomination de Jacques François, à la présidence de la commission Ressources, Finances, Evaluation et qui aura désormais la responsabilité des finances de notre collectivité et qui nous présentera durant cette séance la décision modificative budgétaire n°2.

Ces évènements et remplacements, Madame la Présidente, cher.e.s collègues, sont une première illustration de notre indéfectible et primordiale capacité d’adaptation.

En effet, le portage politique et la gestion du Conseil Départemental nécessitent une continuité d’action pour les services publics que nous pilotons dans le Finistère. Grace à notre capacité de nous adapter à l’imprévu, nous savons être réactifs et garantir cette continuité des services publics.

La crise sanitaire que nous vivons depuis le début de l’année en est une nouvelle démonstration. Dès le déclenchement de cette crise, à l’aune d’un confinement mondial inédit nécessitant la réactivité de toutes et tous, nous avons su être au rendez-vous de nos responsabilités.

Entourée des présidents et présidente de commission ainsi que des directeurs des services, vous avez, Madame la Présidente, piloté une cellule de crise régulière pour préserver notre collectivité départementale dans ses missions essentielles pour les Finistériennes et Finistériens. C’était encore le cas ce matin même. La préservation de la capacité à agir du Département auprès des mineurs confiés, souvent en urgence dans ce champ de la protection de l’enfance a été ainsi garantie. Le maintien des subventions aux associations sportives et culturelles qui subissent durement la crise a également permis à ces structures de résister et de pouvoir rapidement poursuivre leurs actions en faveur des Finistériennes et Finistériens. Cette gestion de crise accompagnée des décisions politiques engagées en faveur des personnes en difficultés mérite d’être unanimement soulignée.

Cette crise n’est hélas pas terminée et le nouveau confinement depuis ces derniers jours le démontre.  Difficile alors de s’engager dans des plans de reprise voire de relance tant l’horizon ne s’est toujours pas dégagé. Néanmoins, le soutien aux secteurs sinistrés et fragilisés doit se poursuivre par toutes et tous.

Déjà nous l’observons en Finistère, les conséquences de la crise sont réelles et inquiétantes.

La précarité des Finistériens et Finistériennes s’aggrave comme le témoignent la hausse de 50% en un an des demandes d’aides alimentaires au Secours Populaire ou la hausse de 10% du nombre d’allocataire du RSA depuis le début de l’année.

Les compétences de solidarité du Département du Finistère sont d’autant plus primordiales en 2020 que la crise sanitaire touche toutes les personnes sans distinction. Pour autant, ce sont hélas, les familles déjà fragilisées, les personnes âgées isolées, les personnes fragilisées par un handicap qui basculent ou risquent de basculer dans la précarité. Tous nos efforts sont tournés vers ces situations qui sont humainement complexes à résoudre et qui nécessiteront plusieurs années pour être résolues.

Le secteur économique est également durement touché. Que ce soient les nombreuses PME qui maillent notre territoire, les commerces et les indépendants, tous sont impactés. Nos inquiétudes collectives quant au sort de Hop! à Morlaix ou de la Brittany Ferries à Roscoff appellent à la mobilisation générale comme nous l’avons témoigné de notre participation aux manifestations de soutien. Les situations individuelles des salariés de ces entreprises déjà fragilisées par la hausse de la précarité liée à la crise ne doivent pas subir un achèvement avec la perte de leurs emplois. Aussi notre mobilisation d’élus départementaux doit s’additionner avec l’ensemble des forces vives de notre territoire pour obtenir des engagements forts et concrets de la part de l’Etat et de son gouvernement qui possèdent des clés pour sortir de ces situations particulièrement inquiétantes.

Pour notre part, avec les compétences qui nous le permettent, nous agissons pour soutenir le secteur économique en Finistère. Les investissements du Département dans ses chantiers routiers, dans ses collèges, dans la poursuite de l’engagement pour rendre le Finistère attractif ainsi que pour la culture et le patrimoine, sont autant de liquidités qui alimentent des entreprises sur notre territoire. Chaque année, et l’année 2020 également, ce sont ainsi plus de 100M€ qui sont investis et qui bénéficient au tissu économique en Finistère.

Pour valoriser la capacité d’adaptation des personnes engagées et bien avant les annonces du Président de la République pour distribuer des primes aux personnes impliquées dans la crise sanitaire, notre collectivité, en sa qualité d’employeur, versait également un soutien financier immédiat à celles et ceux qui ont permis, soit par un surcroit d’activité soit par un ajustement ponctuel de leur mission, à notre collectivité de s’adapter et de réagir.

Cette décision est le résultat d’un engagement permanent du Conseil Départemental du Finistère pour valoriser et soutenir l’action menée par celles et ceux qui garantissent la continuité du service public. Notre engagement dépasse même notre seule obligation d’employeur quand, en pleine responsabilité, nous avons agi et continuons d’agir financièrement et en dotant d’équipements les salariés des structures avec qui nous avons tissés des relations contractuelles fortes.

A date, ce sont plus de 10M€ de dépenses exceptionnelles qui ont été engagées par le Département du Finistère en lien avec la crise sanitaire du Covid-19. Nous le voyons ces engagements doivent être conjoncturels face à la crise actuelle et structurels pour renforcer notre résilience dans les services publics en cas de futures nouvelles crises.

A ce sujet, l’ensemble des travaux que nous menons, en lien avec le rapport d’engagement de notre collectivité voté en Décembre dernier, permettront de garantir une résilience du Département sur le plan environnemental. Additionné à l’engagement en faveur du logement des finistériens, de la fourniture en eau potable, du soutien aux projets pédagogiques dans les collèges, de l’accompagnement des nombreuses associations finistériennes, l’ensemble de nos politiques marque un profond engagement responsable pour le Finistère.

Madame la Présidente, cher.e.s collègues, c’est donc avec le sens aigu des responsabilités et l’engagement permanent des élus “Finistère et solidaires” et de l’exécutif départemental que nous affirmons notre fierté.

Notre fierté d’agir fortement en faveur de celles et ceux qui en ont le plus besoin, en assurant un équilibre des territoires pour offrir à chaque Finistérien et chaque Finistérienne une bonne qualité de vie.

Il est certain que nous vivons des semaines et des mois difficiles :

  • avec une crise sanitaire qui bouleverse tous les citoyens, accroit la précarité et inquiète économiquement,
  • avec un climat de défiance, de populisme voire d’agressivité qui semble parfois attisé par des prises de paroles inacceptables – à l’image des propos d’Eric Zemour que nous sommes nombreux avec vous Madame la présidente à avoir dénoncés -,
  • mais aussi avec des actes terroristes qui blessent la France parce qu’elle est la pionnière en matière de liberté d’expression et de laïcité. L’hommage que nous venons de rendre aux victimes est essentiel pour rappeler notre abnégation face à ceux qui cherchent à fracturer notre société.

Pour autant, nous ne nous résignons pas et face aux difficultés rencontrées par notre société, nous avançons en ayant confiance en l’avenir et en projetant notre Département pour les prochaines années vers un territoire solidaire et responsable tout en conservant notre capacité d’adaptation.

Nous, les 27 élus “Finistère et Solidaires”, sommes et resterons fiers, mobilisés et engagés pour porter pour le Finistère, des politiques de solidarités humaines et territoriales qui accroissent les dynamiques qui permettent de faire société.

 

Kévin FAURE