Accueil / Actualités / Séances plénières et Commissions permanentes / Un Finistère attractif – Intervention de Solange Creignou sur la politique de langue bretonne – Séance plénière 31 janvier – 1er février 2019

Un Finistère attractif – Intervention de Solange Creignou sur la politique de langue bretonne – Séance plénière 31 janvier – 1er février 2019

Madame la Présidente, cher.e.s collègues,

   Avec plus de la moitié des locuteurs bretonnants, le Finistère est  moteur en matière de soutien à la langue bretonne. On y trouve d’ailleurs également près de la moitié des élèves scolarisés en bilingue.

   C’est dans ce contexte, que nous avons voté en octobre 2016, le schéma départemental pour la langue bretonne. Un schéma ambitieux qui traduit la volonté du département de faire du breton un enjeu fort pour le Finistère. Je rappelle que ce sont plus de 2 millions d’euros qui sont consacrés tous les ans pour la mise en œuvre du schéma.

  Cet outil est le fil conducteur de nos politiques d’accompagnement du breton.

   Il s’appuie sur deux grands axes que sont la transmission de la langue d’une part et le breton dans les pratiques sociales d’autre part.

   Ces deux thèmes se déclinent ensuite en action à mettre en œuvre sur la durée du schéma dans le but de développer l’enseignement à  tous les âges et les pratiques au quotidien.

   Dans le cadre du schéma, nous serons bien évidemment à nouveau présent en 2019 dans l’accompagnement du déploiement de la filière bilingue .C est dans ce cadre que nous travaillons au sein du CALR au côté de l’éducation nationale et de l’office public de la langue bretonne pour développer l’enseignement et surtout assurer la poursuite de la filière en collège et lycée.

   A nouveau, nous serons au côté de Diwan en accompagnant leur fonctionnement par le biais d’une convention. Nous sommes également associés à la région dans les discussions avec l’état quant à la reconnaissance de la filière immersive.

   Cette année, globalement, les dispositifs de soutien à l’enseignement seront reconduits tant pour les enfants avec l’initiation, que pour les adultes avec les formations longues, les stages et les cours du soir. Nous mettrons à nouveau l’accent sur l’expérimentation « Pevar Lamm » qui permet à des adultes apprenant de se former en cours du soir de manière intensive.

   De même, nous renouvelons notre soutien à l’association Div Skouarn, qui est l’opérateur départemental en matière de sensibilisation au breton des tous petits. L’objectif principal est de continuer à structurer le reseau et travailler en étroite collaboration avec les structures de la petite enfance et les services de la PMI.

   D’autre part, aux vues du succès rencontré, nous proposons de poursuivre le déploiement de la formation rapides des personnels dans les EHPAD avec comme objectif principal, de donner les clés de compréhension de l’accompagnement au quotidien des personnes bretonnantes de naissance, qui reviennent à leur langue maternelle dans leur grand âge.

   Dans le cadre de la deuxième grande orientation du schéma, nous continuerons à apporter notre soutien aux projets qui portent la pratique du breton dans la vie quotidienne.

   Ainsi, les ententes de Pays ont vocation  à être les acteurs majeurs de la coordination des actions autour de la pratique de la langue sur les territoires. Leur inscription dans les contrats de territoires témoigne de la volonté de fédérer les différents partenaires autour de projet en langue bretonne. Elles sont centre de ressources sur les territoires en matière d’actions régulières (cours du soir, discussion,) ou ponctuelles (festivals, pratiques artistiques, etc.)

Nous proposons également de reconduire les dispositifs d’accompagnement de l’édition, des medias, du théâtre en langue bretonne. En effet, il est indispensable de pouvoir proposer aux apprenants adultes et enfants, ainsi qu’aux locuteurs de la matière en termes de lecture, d’écriture ou de moyens audiovisuels en breton.

   Enfin, nous serons très attentifs à ce que le dispositif voté dans le schéma concernant la signalétique  bilingue au conseil départemental, mais aussi dans les projets des communes soit mis en œuvre et conditionne l’attribution de subvention.

   A ce propos, cette année sera également, l’année de la mise en œuvre de la charte graphique du département, qui encadrera la mise en place de la signalétique bilingue dans les projets départementaux.

   Voilà Madame la Présidente, chers collègues, les propositions de mise en œuvre du schéma pour cette année 2019.La conclusion du rapport reprend l’ensemble des dispositifs et leur traduction budgétaire.