Accueil / Actualités / Schéma « Bien vieillir en Finistère » – Intervention de Solange Creignou – Séance plénière – 20 décembre 2018

Schéma « Bien vieillir en Finistère » – Intervention de Solange Creignou – Séance plénière – 20 décembre 2018

« Madame la Présidente, chers collègues,

 Ce rapport vous présente le point d’étape annuel sur le schéma « Bien vieillir » établit en 2015 pour une durée de 5 ans.

 A destination de nos ainés, ce schéma est également construit pour leurs aidants. La pluralité de ses orientations se structure autour de 3 axes forts :

  • L’adaptation de la société à l’allongement de la vie et le développement de la vie sociale des personnes âgées
  • L’accompagnement à la perte d’autonomie à domicile ou en établissement
  • Le développement de la coordination partenariale afin de faciliter les parcours de chacun à l’échelle des bassins de vie.

Depuis le renouvellement du schéma en 2015, de nombreuses avancées ont été menées grâce à une approche et une réflexion partenariale. Ce point d’étape permet de mettre en avant quelques actions fortes menées en 2018 :

  • La volonté du Conseil départemental de favoriser l’autonomie des plus âgées et le maintien à domicile pour le plus grand nombre, doit se concrétiser par la mise en place d’un service d’accompagnement à domicile adapté et la possibilité de bénéficier d’un hébergement temporaire. Rester chez soi ne doit pas signifier être délaissé.

La réflexion menée sur les services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) permet d’interroger l’accessibilité des offres départementales en s’appuyant sur une étude réalisée par l’Adeupa, dont j’ai eu l’occasion de vous parler en février dernier. Le bilan de cette étude démontre une bonne couverture du territoire finistérien malgré quelques territoires plus marqués par le vieillissement de sa population (au nord de Brest et au Sud du Finistère).

  • Pour rappel : 7420 personnes âgées bénéficient du paiement direct des heures de prestations aux SAAD sur les + de 98 606 personnes âgées de plus de 75 ans présents sur le territoire finistérien.
  • Comme vous le savez, le Conseil départemental est responsable des allocations individuelles de solidarité (AIS), il gère donc l’APA et plus particulièrement l’APA à domicile qui représente 44 860 000 € payé en 2018. Désormais chacun des 3 territoires d’action sociale dispose d’un service APA et de coordination gérontologique afin d’apporter une réponse au plus près des besoins des usagers mais aussi des professionnels. Des progrès restent encore à faire et dans cette optique, une réflexion est en cours concernant l’amélioration de la relation à l’usager dans le cadre de l’APA à domicile .Ceci afin de construire, avec l’implication des usagers, une politique publique au plus près des besoins des personnes âgées et de leurs aidants (J évoque ici, la démarche de design de service du plan APA : 1er COPIL le 15 janvier 2019).
  • L’accompagnement vers la vieillesse et/ou la perte d’autonomie passe également par l’accès à l’information sur les droits afin d’éviter le non recours malheureusement trop fréquent. En 2017 nous avions décidé de généraliser l’offre de niveau 2 au sein des 13 CLIC finistériens afin de leur permettre l’élaboration de plans d’aide individuel favorisant l’organisation du parcours de chacun à l’échelle des bassins de vie. L’évolution des CLIC se poursuit et l’appel à projet de création d’un CLIC du COB lancé en 2017 que j’évoquais avec vous en février dernier a été attribué au  CHU de Carhaix qui portera ce 14ème CLIC pour parfaire le maillage territorial finistérien. Action complétée par celle des 5 MAIA présentes sur le territoire finisterien.
  • Chef de file de l’action sociale, le Conseil départemental est également coordinateur de la politique du « Bien vieillir » sur le territoire. La généralisation et la renégociation de CPOM entre les CD29 et les partenaires impliqués dans l’accompagnement de la vieillesse et de la perte d’autonomie participe de cette bonne coordination.

En 2019, le travail se poursuivra, pour garantir à chacune et chacun un parcours de vie le plus adapté. Le comité de pilotage s’est réuni le 9 octobre dernier pour arrêter plusieurs priorités pour l’année 2019 :

  • L’accompagnement de la structuration du secteur de l’aide à domicile sera un des chantiers importants à venir. L’ambition départementale de favoriser au maximum le maintien dans l’autonomie de nos ainés, doit s’appuyer sur des services d’aide à domicile forts. Aujourd’hui, ceux-ci sont fragilisés de par le mode de tarification qui ne tient pas compte des heures qu’on appelle à tort «improductives » d’une difficulté à recruter pour faire face à l’activité, d’un manque d’attractivité du métier. Une étude a donc été menée sur l’opportunité de faire évoluer la politique en matière de service à domicile.

 Les scénarios qui en ressortent seront prochainement soumis à discussion en commission pour ensuite faire un choix d’accompagnement des services d’aide à domicile.

  • L’accompagnement à l’usage des nouvelles technologies dans les EHPAD est également un chantier pour 2019 afin d’améliorer l’accessibilité. Un recensement des usages et des pratiques existantes est en cours.
  • Si l’amélioration de l’accompagnement à domicile et l’accès au numérique sont des solutions permettant de prendre en charge la perte d’autonomie, il existe une autre alternative : les aidants familiaux. L’avantage est certain cependant, ces derniers peuvent se heurter à des difficultés. Le manque de formation, le manque de temps, l’absence de recours aux solutions de répit proposées sont autant d’obstacles à la généralisation de cette pratique. Il nous faudra donc travailler conjointement pour valoriser cette proposition d’hébergement comme alternative à l’établissement.

Voilà Madame la Présidente, chers collègues, les quelques points essentiels que je souhaitais mettre en avant dans ce point d’étape annuel. Je vous propose donc :

  • De prendre acte de ce point d’étape sur l’avancement du schéma « Bien vieillir en Finistère » pour les personnes âgées et les aidants  et d’acter les priorités de travail pour l’année 2019. »