Accueil / Actualités / Ecole en Danger : élèves sacrifiés !

Ecole en Danger : élèves sacrifiés !

Le département du Finistère paie à nouveau un lourd tribut aux suppressions de postes. La carte scolaire 2012, annoncée plus tôt que prévu cette année, a révélé une fois de plus un véritable abandon du service public de l’éducation par l’actuelle majorité gouvernementale.

Alors que 150.000 jeunes sortent toujours du système scolaire sans diplôme chaque année, que la France est descendue au 24ème rang du classement de l’OCDE, le budget de l’Etat alloué à l’éducation est passé de 23 à 21% entre 2002 et 2011. 80.000 postes ont été supprimés pendant la durée du quinquennat de Nicolas Sarkozy ainsi qu’un tiers des effectifs du réseau d’aides aux élèves en difficultés (RASED). Le taux de scolarisation des enfants de 2 ans est passé de 34.5% à 15,2% !

Dans le Finistère, nos élèves subissent aussi cette dégradation des conditions d’enseignement dans l’école républicaine.

En février, le Conseil Départemental de l’Education Nationale s’est réuni pour examiner le projet de carte scolaire pour la rentrée 2012 prévoyant la suppression de 54 postes d’enseignants dans le public.

Parents d’élèves, enseignants, mais aussi élus se sont mobilisés pour protester contre ces nouvelles suppressions de postes dans l’Education nationale.

Les conseillers généraux du groupe « Finistère à gauche, Finistère pour tous » étaient fortement mobilisés à leurs côtés. Des classes ou des écoles qui ferment, ce sont des classes surchargées ailleurs, des enfants de moins de 3 ans refusés en maternelle, des enseignants moins disponibles pour leurs élèves, des maîtres absents non remplacés.

La suppression des postes de soutien et d’accompagnement personnalisé pour les élèves en difficulté aggravera les inégalités.

Alors que le chômage des jeunes est à un niveau très élevé, la réduction des moyens de l’Education ne pourra qu’accroître le nombre de jeunes qui sortent du système scolaire sans qualification ni diplôme.

Les élus de la majorité départementale regrettent que le gouvernement s’enferme dans ses pratiques autoritaires et appellent de leurs vœux un changement pour 2012 !

Scroll To Top