Accueil / Actualités / L’Europe en Finistère

L’Europe en Finistère

Lors de cette séance plénière, Frédérique Bonnard-Le Floc’h a présenté un rapport intitulé « l’Europe en Finistère ». Nathalie Sarrabezolles avait souhaité que ces questions autour de l’Union Européenne, de son action et de sa réalité concrète pour le Finistère puissent être débattues. Cela fait aussi le lien avec le travail mené par le CESER de Bretagne sur les impacts du Brexit pour la Bretagne.

Brexit mais aussi négociations actuelles au niveau européen sur les futurs fonds de cohésion : sur ces enjeux majeurs pour notre Département l’ensemble des élu.e.s ont acté la nécessité de travailler de concert pour faire entendre la voix de nos territoires.

Retrouvez l’intégralité de l’intervention de Frédérique Bonnard-Le Floc’h sur ces questions essentielles.

« Mesdames,

Messieurs,

L’Europe est la cible de tous les populismes. Trop normative, trop technocratique, pas assez politique, éloignée des citoyens, impuissante à protéger qui que ce soit, aux mains des lobbies… Bref, le « machin » comme l’appelait De Gaulle est devenu l’archétype d’un système de gouvernance sans gouvernement, rejeté de tous bords. 

Sauf que.

Sauf que sans l’Europe, notre Finistère, territoire excentré par rapport aux grands pôles de croissance ne peut peser efficacement dans le jeu implacable de l’économie mondialisée. Avec l’Europe, au contraire, le Finistère a une carte à jouer en étant un acteur qui compte parmi ceux qui structurent la Défense, la Recherche, l’Agriculture ou la Pêche par exemple.

L’Europe est donc une chance pour le Finistère.

Ce rapport rappelle comment à travers les exemples de mises en œuvre des fonds européens, les coopérations européennes ou les programmes communs Interreg, l’Europe irrigue les territoires.

Ainsi dans la première partie du rapport, il est rappelé qu’une manne de 47,9 millions d’euros issus des fonds européens structurels et d’investissement a bénéficié au Finistère entre 2014 et 2016. Les agriculteurs, les chercheurs, les collectivités, les acteurs sociaux et les personnes en insertion en ont bénéficié directement. Ces fonds sont gérés soit avec la Région Bretagne, auxquels ils sont délégués par la Commission, soit en direct par nos services pour le Fonds Social Européen.

Au-delà de ces fonds, des programmes thématiques viennent financer des projets portés par les acteurs de notre territoire tels que ceux œuvrant dans le domaine culturel, la mobilité de notre jeunesse et leurs études supérieures, l’environnement, le nautisme…

Le département du Finistère est profondément ouvert sur le monde, conscient que de par sa situation, il est indispensable de construire des projets communs et de s’appuyer sur des réseaux d’échanges. Il met donc en œuvre des coopérations bilatérales entre la Cornouailles britannique et le territoire portugais de la CIM Alto Minho qui portent des projets de développement et d’innovation sur les thématiques jeunesse, tourisme, économie bleue ou agriculture.  Les technopôles et les pôles de compétitivité sont des partenaires de longue date de projets collaboratifs INTERREG qui préparent le développement des filières économiques de demain.

Enfin, notre projet départemental 2016-2020 est parfaitement compatible avec la stratégie Europe 2020 et ouvre des perspectives de financement de nos politiques publiques par le biais d’appel à projets régionaux ou communautaires que nous devons saisir.

Certes il ne faut pas nier les lourdeurs dans la mise en œuvre des fonds, les transpositions  trop lentes, peu sécurisantes pour les porteurs de projets. Je pense notamment à la question des avances de fonds sur le FSE. Ces questions techniques doivent être réglées. Mais en tant qu’élu local il faut aussi valoriser, expliquer et positiver auprès des citoyens les apports de l’Europe pour le Finistère.

Dans la seconde partie du rapport, il vous est proposé d’examiner les conséquences du BREXIT pour la Bretagne et le Finistère en particulier. Compte tenu des enjeux économiques pour nos filières d’excellence que sont la pêche, l’agriculture et l’agroalimentaire, le tourisme, les transports, la recherche, le Département a tout intérêt à participer aux réflexions stratégiques initiées par la Région Bretagne et le CESER.

Sur ces enjeux liées au Brexit comme sur les questions de la future politique européenne de cohésion, il est vital que nous sachions analyser finement les menaces et les opportunités pour le Finistère, puis que nous mobilisions tous les acteurs du territoire pour élaborer une stratégie territoriale européenne afin notamment de nous mettre collectivement en ordre de marche pour :

  • nouer les partenariats bilatéraux indispensables,
  • financer les adaptations nécessaires
  • organiser un lobby efficace
  • accueillir les opportunités de développement

Notre expérience de terrain, faite de coopérations multiples et de développement territorial équilibré, est un exemple utile à faire valoir dans les débats sur la préparation des futurs programmes européens post 2020. Nous ne serions pas ce que nous sommes sans la politique de cohésion, elle doit être poursuivie, adaptée, simplifiée.

Voilà Mesdames et Messieurs, un court résumé de ce rapport. Il s’ouvre volontairement sur le travail à mener autour des politiques de cohésion après 2020. Sur les enjeux locaux comme sur les compétences du Département, notre assemblée va faire entendre sa voix et ses idées. C’est un travail à mener, nous nous engageons ainsi à la rentrée auprès de l’ADF qui souhaite faire entendre la voix des Départements dans la préparation de la future programmation. »