Accueil / Actualités / Réforme territoriale : garantir la continuité et la qualité du service public, priorité des conseillers généraux socialistes et apparentés du Finistère

Réforme territoriale : garantir la continuité et la qualité du service public, priorité des conseillers généraux socialistes et apparentés du Finistère

« Le Président de la République vient de fixer les orientations d’une réforme territoriale attendue depuis longtemps. « Le Conseil général devra à terme disparaître… Mais cette décision doit être mise en œuvre de façon progressive, car le Conseil général joue un rôle essentiel dans la solidarité de proximité et la gestion des prestations aux personnes les plus fragiles. Et il ne peut être question de remettre en cause ces politiques. Pas davantage les personnels dévoués qui continueront à les mettre en œuvre » écrit-il.

En effet, aujourd’hui, le Conseil général répond à deux missions : les solidarités à l’égard des personnes et les solidarités à l’égard des territoires. Les solidarités à l’égard des personnes sont mises en œuvre par des travailleurs sociaux en partenariat avec de nombreux acteurs. Il ne s’agit pas seulement de verser des allocations ou des aides à des personnes comme pourrait le faire une agence, mais de construire de véritables réponses individualisées : un projet de vie pour une personne handicapée, un plan d’aide à l’autonomie d’une personne âgée, un parcours d’insertion, l’accompagnement d’une famille vers son autonomie sociale ou d’un enfant confié vers son épanouissement et la réussite de sa vie. Quant aux solidarités territoriales, elles permettent d’éviter inégalités et fractures territoriales. Nous ne voulons pas d’un côté, des métropoles ou des zones urbaines où seraient concentrés les emplois et les services et, de l’autre, des zones périurbaines ou rurales qui seraient délaissées. Il est essentiel de garantir un développement équilibré des territoires et de proposer un accompagnement aux petites communes.

Ces deux missions, que nous sommes fiers d’assurer depuis des années, doivent pouvoir perdurer dans la nouvelle organisation territoriale car la question des solidarités restera une priorité pour garantir la cohésion de notre société de façon durable.

La démarche proposée par le Président de la République le permet. Oui le renforcement des compétences des Régions est nécessaire pour leur donner les moyens de participer au redressement économique et d’accompagner efficacement les entreprises, créatrices d’emplois. Oui la redéfinition des intercommunalités à l’échelle des bassins de vie et le renforcement de leurs compétences sont un préalable pour maintenir les services de proximité indispensables aux solidarités. Dans le domaine social, le travail de proximité, qui nécessite contact et écoute, souvent déplacement au domicile des personnes, peut s’appuyer demain sur une intercommunalité solide et pourrait lui être transmis sans nuire à la continuité du service ni à sa qualité, sans rompre l’égalité de traitement entre les citoyens en fonction de leur lieu de vie. Il paraît toutefois indispensable d’engager parallèlement une réflexion sur les politiques départementales qui ne pourraient se déployer pleinement dans le cadre intercommunal, notamment celles qui touchent à la protection de l’enfance ou l’accompagnement des personnes en situation de handicap.

Par ailleurs, nous n’oublions pas le travail réalisé par les agents territoriaux. C’est également un enjeu de cette réforme : leurs compétences et leur savoir-faire doivent être garantis.

Le Président de la République a annoncé des élections départementales et régionales à l’automne 2015 puis une révision constitutionnelle prévoyant la suppression du Conseil général en 2020. C’est le temps nécessaire pour réussir cette réforme importante. Les Conseillers généraux socialistes et apparentés du Finistère sont prêts à relever le défi. »

Les conseillers généraux socialistes et apparentés
du groupe « Finistère à gauche, Finistère pour tous »

Nathalie BERNARD – Maryvonne BLONDIN – Nathalie CONAN-MATHIEU – Daniel COUÏC – Solange CREIGNOU – Daniel CREOFF – Joël DERRIEN – Marie-Isabelle DOUSSAL – Jacques EDERN – Francis ESTRABAUD – Rebecca FAGOT-OUKKACHE – Marie GUEYE – Claude GUIAVARC’H – Joëlle HUON – Armelle HURUGUEN – Claude JAFFRE – Dominique JAFFREDOU – Georges KERGONNA – Marc LABBEY – Marie-France LE BOULCH – Henriette LE BRIGAND – Didier LE GAC  – Guy LE SERGENT – Pascale MAHE – Pierre MAILLE – François MARC – Roger MELLOUËT – Françoise PERON – Christian PLASSARD – Jean-Luc POLARD – Michaël QUERNEZ – Louis RAMONE – Franck RESPRIGET – Reza SALAMI – Nathalie SARRABEZOLLES – Chantal SIMON-GUILLOU – Raynald TANTER – Nicole ZIEGLER.