Accueil / Actualités / Séance plénière : Intervention de Georges Lostanlen – Plans de lutte contre les algues vertes

Séance plénière : Intervention de Georges Lostanlen – Plans de lutte contre les algues vertes

En séance plénière, Georges Lostanlen, délégué à l’eau, aux espaces naturels et aux randonnées, a présenté les plans de lutte contre les algues vertes à travers le bilan du premier plan 2010-2015 et les engagements relatifs au second plan 2017-2021.

Voici les éléments principaux présentés :

Le présent rapport a pour objet le bilan du 1er plan de lutte contre les algues vertes, le contenu du 2ème plan et sa déclinaison sur 3 baies finistériennes.

La marée verte est un phénomène ancien qui touche particulièrement le Finistère. Les côtes bretonnes ont la particularité de présenter des proliférations dans de vastes baies sableuses ainsi que dans des vasières. Les proliférations d’algues vertes sont liées à la conjonction de trois facteurs :

  • des apports excessifs en nutriments (azote, phosphore) ;
  • de bonnes conditions de lumière ;
  • et la présence d’une espèce opportuniste adaptée au milieu, en l’occurrence l’ulve dans le cas des marées vertes.

Parmi ces trois facteurs, l’azote apparaît comme facteur limitant et maîtrisable et constitue le levier privilégié de lutte à la source contre les algues.

L’évolution des ramassages d’algues vertes échouages d’algues vertes :

En termes d’échouage et de ramassage d’algues vertes, l’année 2017 est la plus précoce depuis 2002, date de début des suivis en Bretagne ; les surfaces couvertes en avril et mai étaient estimées à 3,5 fois plus élevées qu’en moyenne 2002 – 2016 et 40 % supérieures à 2009, année jusqu’à présent la plus précoce. Cela s’explique par des conditions de mer hivernales plus calmes donc moins dispersif pour le stock d’algues vertes et un printemps 2017 aux conditions de température et lumière optimales. Néanmoins, après un démarrage très précoce, les surfaces et les volumes ramassés ont fortement diminué depuis juillet.

Les sites concernés en Finistère : Le plan algues vertes est mis en place sur 8 baies bretonnes dont 5 finistériennes.

Le bilan du premier plan 2010-2016 fait ressortir :

  • une forte mobilisation des collectivités qui ont porté et piloté les chartes de territoires ;
  • une mobilisation importante de l’ensemble des acteurs des filières agricoles des baies algues vertes ;
  • un engagement des agriculteurs, variable selon les baies allant de 60 % à 100 %, parfois tardif, mais, in fine, conforme aux objectifs ;
  • des engagements en matière d’évolution des pratiques agronomiques qui restent encore faibles quant à leur impact réel sur les baisses des concentrations en nitrates dans les cours d’eau ;
  • des fonds publics (37 M€) dont ont bénéficié les prestataires techniques des agriculteurs ;
  • et une baisse des concentrations en nitrates sur l’ensemble des baies conforme aux objectifs du plan mais qui est vraisemblablement liée, à ce stade, aux impacts cumulés des précédentes politiques publiques (Programme de maîtrise des pollutions d’origine agricole (PMPOA), Programmes d’actions Directive nitrates, Prolittoral, actions Bretagne eau pure ou GP5 sur les bassins versants.

En synthèse, ce plan algues vertes a su mobiliser tous les acteurs (agriculteurs, environnement de conseils agricoles, collectivités, financeurs, Etat…) mais ses résultats restent encore à appréhender.

L’implication du Conseil départemental dans le PLAV2 :

Les partenaires du plan ont rédigé un document cadre qui vise à traduire la volonté et l’engagement de chacun dans le PLAV2. Ce nouveau plan est toujours structuré autour des 3 volets : préventif, curatif et scientifique et concerne les mêmes baies que le 1er plan, en promouvant à nouveau l’élaboration d’un projet de territoire propre à chaque baie.

Le PLAV2 sera piloté par de nouvelles instances de gouvernance qui associent davantage les acteurs locaux publics porteurs de ces projets et la Chambre régionale d’agriculture.

La participation financière du Conseil départemental dans le 2nd plan gouvernemental :

En cohérence avec le Projet départemental (projet alimentaire de territoire, préservation de l’environnement et d’un cadre de vie de qualité, maintien d’une agriculture finistérienne plurielle et durable), le rapport propose que le soutien du Département dans le PLAV2 s’articule autour :

des actions de développement des systèmes agricoles durables tels que l’agriculture biologique et la poursuite du soutien à la mise en place des circuits courts ; dans le cadre d’une simplification administrative, il a été fait le choix de flécher un prescripteur sur un unique financeur – le Conseil départemental dans ce contexte sera le financeur unique du GAB 29 pour les conseils sur les baies finistériennes.

  • des actions foncières ;
  • des actions de préservation et de gestion des espaces naturels (cours d’eau, zones humides) ;
  • des actions de suivi de la qualité de l’eau.

Aussi, le Département prévoit de contribuer financièrement au PLAV2 pour un montant maximum de : 1,2 M€ pour la période 2017-2021, selon les modalités financières votées annuellement.

Le rapport présente les projets finalisés pour 3 des 5 baies finistériennes dont les chiffres sont présentés en pièce jointe ; les dossiers des baies de Douarnenez et de la Forêt seront présentés lors d’une prochaine commission permanente.

Vous pouvez consulter le diaporama de présentation ici

Scroll To Top