Accueil / Actualités / Un Finistère solidaire et inclusif : Action sociale de proximité – Intervention d’Isabelle Assih – Séance plénière des 1er et 2 février

Un Finistère solidaire et inclusif : Action sociale de proximité – Intervention d’Isabelle Assih – Séance plénière des 1er et 2 février

Pour un Finistère solidaire et inclusif : Après la présentation du rapport concernant l’action sociale de proximité par Marc Labbey (président de la commission Solidarités Enfance Famille), lors de la séance plénière,  Isabelle Assih (déléguée à l’accessibilité des politiques sociales et des projets des C.D.A.S) est également intervenue sur cette politique menée par le conseil départemental. 

Retrouvez en intégralité son intervention :

 Madame la Présidente, mes cher.e.s collègues,

 Avec la loi portant sur la nouvelle organisation des territoires de la république (loi NOTRe), le conseil départemental s’est vu  réaffirmé en tant que véritable chef de file de l’action sociale afin d’accompagner les finistériennes et les finistériens face aux difficultés. Le conseil départemental a donc vu ces dernières années ces compétences renforcées sur l’ensemble des politiques sociales (politique enfance famille jeunesse, politique d’insertion et lutte contre les exclusions, politiques de protection maternelle et infantile, politique du logement et politique des personnes âgées et handicapées).
Afin de mener au mieux ses missions, le présent rapport a pour but de présenter les actions reconduites mais également innovantes allant dans le sens :
– D’une meilleure complémentarité des interventions des divers acteurs intervenant autour de l’action sociale,
– Mais aussi, d’une attention renforcée aux agents des centres départementaux de l’action sociale,

Le développement de partenariats forts: En raison de la diversité des intervenants, la structuration des coopérations et la cohérence sont essentielles pour garantir une réponse adaptée aux besoins des finistériennes et finistériens rencontrant des difficultés.
Dans ce cadre, les collaborations établies avec les institutions départementales ou locales vont être poursuivies.
À titre d’illustration, on peut citer le partenariat établi avec le conseil départemental d’accès au droit (le CDAD), sous la forme d’une convention, et, d’une participation financière. En lien avec le projet emblématique « accès aux politiques publiques », les échanges avec le CDAD s’intensifient. Ainsi, en 2018, plusieurs actions sont prévues :
– édition d’un annuaire de l’accès au droit, recensant, sur notre département, les différents lieux où une personne peut avoir un conseil juridique gratuit auprès des divers métiers du droit (avocat huissier de justice etc.…).
– Création d’un forum de l’accès au droit
Un partenariat renforcé entre le CDAD et les CDAS permettra de diffuser ces informations précieuses auprès des professionnels et des personnes accompagnées.
Il est également important de mentionner le fort partenariat avec les CIAS et CCAS dans le cadre de protocoles de coopération, comme ceux avec le Cap Sizun, Plougastel-Daoulas, ou encore, Landerneau. De nouveaux protocoles de partenariat avec des CCAS de villes moyennes pourraient être proposés en commission permanente, en fonction des volontés exprimées localement.
Une attention aux besoins de chaque territoire :
Dans ce cadre, un travail de redéfinition de la politique de soutien du Conseil départemental auprès des centres sociaux va être engagé au cours du 1er trimestre 2018, afin de définir des critères de répartition des crédits au regard des besoins sociaux des territoires concernés. Dans l’attente des conclusions ce travail, il est proposé de maintenir le même niveau de soutien en 2017 dans le cas des contrats territoires concernés. Le montant total de ce soutien et de 435 660 € pour l’ensemble du département.

Une attention renforcée aux agents des CDAS : l’accompagnement social est porté par différents métiers de notre collectivité. Depuis quelques années, on observe une tendance à une augmentation des besoins, particulièrement au travers, par exemple, du nombre d’informations préoccupantes à évaluer. Cette montée en charge s’actualise à la fois par un nombre grandissant de situations rencontrées, mais aussi, par des situations parfois très complexes à accompagner. Pour répondre à ses besoins importants, le conseil départemental s’engage pour mieux accompagner ses travailleurs sociaux. Avec des besoins sociaux qui évoluent il est également nécessaire d’envisager une évolution des pratiques tant dans la relation à l’usager qu’aux partenaires. En 2018, le conseil départemental renforcera son offre d’ateliers d’échanges et analyses de pratiques. Lieu de répit pour des professionnels confrontés à des situations de plus en plus difficiles, l’atelier d’échanges et d’analyses de pratiques est également un outil du changement. Ces ateliers correspondent à une attente forte des agents des solidarités dans leur travail au quotidien.

Ce rapport permet de souligner le rôle important que jouent les professionnels de la collectivité sur les trois territoires d’action sociale. A la fois, piliers de l’accompagnement des personnes en situation de fragilité, et, facilitateurs des liens avec les multiples partenaires, ils constituent les principaux garants de la cohésion sociale de notre département.

Je vous remercie de votre attention.