Accueil / Actualités / Un syndicat mixte « pêche et plaisance » pour renforcer la place portuaire Cornouaillaise

Un syndicat mixte « pêche et plaisance » pour renforcer la place portuaire Cornouaillaise

Le syndicat mixte des ports de pêche et plaisance de Cornouaille vise à permettre le développement de la place portuaire avec un projet connecté aux enjeux régionaux de la filière pêche et aux orientations de la politique départementale et du Livre Bleu du nautisme pour la plaisance.

Retour sur ce projet et ses objectifs avec une courte interview de Michaël Quernez, 1er Vice-président en charge de ce projet.

Pourquoi la création de ce syndicat mixte ?

Le Conseil départemental a souhaité partager sa compétence portuaire avec les acteurs locaux et avec la Région au sein du syndicat mixte pour porter un projet en lien avec les territoires, permettant le développement de la filière pêche et de la plaisance.

Le syndicat mixte, autorité portuaire sur 7 ports de pêche-plaisance (Douarnenez, Audierne, St-Guénolé Penmarc’h, Guilvinec-Lechiagat, Loctudy-Ile Tudy, Plobannalec-Lesconil, Concarneau) permet une approche des filières à l’échelle d’une place portuaire Cornouaillaise.

Il peut être rappelé que le quart de la pêche fraîche française et la moitié de la pêche fraîche bretonne sont en Cornouaille. Cette filière emblématique du département représente des milliers d’emplois : emplois directs (pêcheurs, armements…) ou indirects (mareyage, transformation des produits de la mer…).

Concernant la plaisance, 3 des 7 ports dont le syndicat mixte sera l’autorité portuaire sont des ports structurants et les entreprises de construction-réparation navale et de services sont très présentes.

Cette nouvelle gouvernance permettra de renforcer la structuration de la filière la pêche en déclinant les orientations régionales du futur Groupement d’Intérêt Public « Pêche de Bretagne » et également de mettre en œuvre les orientations départementale du Livre Bleu du nautisme pour la plaisance.

Justement, quels seront les apports de ce futur syndicat ?

Il permettra de sortir d’une approche historique « port par port » et de construire un projet de développement à l’échelle de la Cornouaille, s’appuyant sur la complémentarité entre les ports.

Le syndicat mixte devrait être créé juridiquement cet été et sera compétent au 1er janvier 2018. Le Conseil départemental a délibéré pour sa création le 2 mai dernier, à l’unanimité. Le Conseil communautaire de la communauté de Communes du Pays Bigouden sud également, le 18 mai.

La Région Bretagne, les Communautés de communes Douarnenez Communauté, du Cap-Sizun-Pointe du Raz et Concarneau agglomération devront délibérer courant juin, puis ce sera le tour des Communes membres des communautés de communes qui devront autoriser l’adhésion des communautés de communes. Le processus peut sembler complexe mais il s’agit d’une évolution structurante pour les ports de pêche-plaisance de Cornouaille. Au final, ce sont les membres du Comité syndical qui décideront ensemble des projets et des investissements à mener : restructurations, entretien, infrastructures, bâtiments, pontons, dragages…

Et les moyens pour y parvenir ?

Qui dit gouvernance commune dit mise en commun de moyens financiers, humains et techniques. Concrètement, le budget du syndicat sera alimenté par une contribution versée pour une large partie par le Département, à hauteur de de 7,7 millions d’euros par an. La Région Bretagne apportera 1 million d’euros annuellement et participera via des subventions aux projets structurants concernant la pêche. Les intercommunalités quant à elles contribueront à hauteur de 700 000 euros par année.

La mutualisation des moyens permet d’envisager un niveau de service amélioré pour les professionnels et la réalisation de projets structurants et de développement. Au total, cela représente un effort supplémentaire annuel consenti par les collectivités de 1,8 million d’euro/an, ce qui traduit bien la volonté de celles-ci de porter le développement portuaire de la place Cornouaillaise.

Scroll To Top