Accueil / Actualités / Séance plénière du Conseil général de janvier 2014

Séance plénière du Conseil général de janvier 2014

hemicycle CG29 vignetteLa séance plénière des 30 et 31 janvier était consacrée au budget primitif de l’année 2014. Pierre Maille a rappelé que notre priorité était l’emploi. Il a mis en avant un budget tourné vers les solidarités sociales et territoriales.

Lors de l’ouverture de cette séance plénière, Pierre MAILLE, président du Conseil général a réaffirmé que l’emploi était notre priorité. « En particulier nous devons ouvrir des perspectives à la jeunesse. L’important programme de modernisation et d’adaptation de nos collèges, les dotations que nous leur versons pour faciliter l’accès aux pratiques culturelles et sportives, encourager les engagements solidaires ou citoyens, y contribuent. L’incitation à renforcer les partenariats entre le collège et son territoire a le même objectif ». Le Conseil général est particulièrement mobilisé pour l’emploi et l’insertion des jeunes, avec également 100 emplois d’avenir dans les services du département et l’expérimentation de la Garantie jeunes. « Nous voulons également permettre aux jeunes qui ont été confiés à l’Aide sociale à l’enfance, de poursuivre des études, un cursus de formation, sans que leur horizon soit limité à 21 ans » a poursuivit Pierre Maille. Une délibération cadre sur les politiques jeunesse du Conseil général a par ailleurs été votée lors de cette séance. Elle résulte d’un travail de concertation pilotée par Françoise PERON afin de rendre plus efficaces et plus lisibles les dispositifs mis en œuvre par le Département (en savoir plus en cliquant ici).

Toujours en faveur de l’emploi, « en maintenant notre volume d’investissement à 153 millions d’euros, non seulement nous améliorons l’équipement de notre département, sa qualité de vie et son attractivité, mais aussi nous soutenons le tissu économique local, et ses emplois dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics » a mis en avant Pierre Maille.

Voté lors de cette séance plénière de janvier, le budget 2014 du Conseil général s’équilibre à 1,04Mds d’euros. Il traduit financièrement les actions que la collectivité va mener cette année pour le Finistère et les Finistériens.

Ce budget est ainsi tourné vers l’avenir. Malgré la crise, le Conseil général maintient un niveau important d’investissement afin de soutenir les projets du territoire et le développement économique.

Comme l’a souligné Roger MELLOUËT, ceci est permis grâce à une gestion saine et rigoureuse des finances du Département dont l’endettement est maîtrisé et bien inférieur à la moyenne (276 euros / habitant dans le Finistère contre une moyenne de 489 euros dans les autres départements). Le Conseil général peut également s’appuyer sur les nouvelles marges de manœuvre ouvertes par le Gouvernement sur les droits de mutation à titre onéreux (DMTO, perçus sur les transactions immobilières) dont le taux passe à 4,5%. Le taux départemental de la Taxe foncière sur les propriétés bâties est quant à lui maintenu à son niveau actuel, 14,97%, bien inférieur à celui du Morbihan voisin par exemple.

Ce budget est également tourné vers les solidarités. Il est marqué par une augmentation des dépenses sociales afin d’accompagner ceux qui en ont le plus besoin dans ce contexte de crise économique. Une hausse importante du nombre de bénéficiaires du RSA est ainsi anticipée afin de pouvoir répondre à la solidarité indispensable avec ceux qui se retrouvent sans emploi et qui rencontrent des difficultés. De plus, nous allons poursuivre nos actions en faveur de l’emploi et de l’insertion, comme l’ont rappelé Michaël QUERNEZ et Marie GUEYE, à travers notamment les Pactes territoriaux d’insertion.

Solidarités sociales donc, également à destination des familles, des personnes âgées, des personnes handicapées… Comme l’a rappelé Nathalie SARRABEZOLLES, 2014 sera la première année pleine de mise en œuvre du schéma départemental en faveur des personnes handicapées, voté l’année dernière, et qui s’accompagne d’une programmation importante puisque seront créées 385 places d’accueil en établissements ou services (représentant une enveloppe de 10,5 millions d’euros). Par ailleurs, en 2014, nous allons évaluer le 3ème schéma « Bien vieillir en Finistère » afin de tirer les enseignements des cinq années de mise en œuvre et dresser des pistes de travail pour le futur schéma.

Solidarités territoriales ensuite avec notamment les orientations du Plan départemental de l’habitat présentées par Raynald TANTER, le schéma d’alimentation en eau potable présenté par Armelle HURUGUEN et la création d’un Etablissement public d’aide à l’ingénierie locale comme l’a expliqué Chantal SIMON-GUILLOU (en savoir plus en cliquant ici).

Solidarités territoriales aussi avec la politique de lecture publique et l’ouverture de nouvelles antennes de la bibliothèque départementale, avec nos engagements pour le plan Très Haut Débit et l’arrivée de la fibre optique, nos actions pour l’aménagement du territoire via notamment les contrats de territoire…

Pierre Maille a souligné que « nos concitoyens expriment leurs inquiétudes pour l’avenir. Un sondage récent montre qu’ils ont une faible confiance dans l’action publique, dans leurs élus. Nous devons les convaincre par notre action que nous, leurs élus, agissons dans l’intérêt général et poursuivons un double objectif.

D’abord, être prêts aujourd’hui à répondre à leurs besoins : l’organisation des transports départementaux, la qualité des collèges, la réactivité des services sociaux, la sécurité sur nos routes ou face aux phénomènes naturels, la qualité de leur environnement, l’accès à un logement… et tant d’autres missions que nous effectuons souvent en partenariat avec leur commune.

Ensuite, préparer l’avenir : accueillir plus de personnes âgées demain, et garantir leur bien-être, se donner les moyens de rester un des premiers départements touristiques, contribuer à lutter contre le dérèglement climatique grâce à un plan climat-énergie, organiser un approvisionnement en eau sécurisé en quantité et en qualité, prévoir les infrastructures qui nous relient au monde, aider à la création des formations aux technologies de demain, revitaliser les bassins d’emplois en difficulté aujourd’hui,…

Nous devons aussi leur démontrer que l’action publique entre les différents acteurs est coordonnée et ne gaspille pas les moyens dont elle dispose grâce à leurs impôts. Notre volonté de partenariat, les contrats de territoire apportent des réponses. »

 

>> Vous pouvez télécharger le dossier de presse de cette séance plénière en cliquant ici. Retrouvez ci-dessous en téléchargement les discours des élu-es du groupe :

Scroll To Top